Merci d'attendre le chargement complet de la page
avant de cliquer sur un témoignage!
6 mois après - Ali - 2017/05/01

Mon cher Tatayo

saches je me sens très très bien et ma transformation continue et prend la forme d'une merveilleuse chose. Peu à peu.. et j'ai des moments de bonheur ressenti lorsque je prend conscience de ce chemin que je parcours.
Aujourd'hui j'ai beaucoup pensé à toi.
Aux choses que tu m'as enseigné, à ta bonté, ton courage, ton originalité , aux choses que tu as vécu tout le long de ta vie, que tu as ressenti, et à l'amour que tu as partagé...
Je sais que tu ne réponds pas car tu es très occupé. Je t'imagines là en train de te kiffer la vie douce .....

Ali
BELLE GRATITUDE de CET HOMME 10 MOIS APRES INITIATION - Epando-Pando - 2014/08/09

Salut Tatayo ici Epando-Pando, je te donne quelques nouvelles!

Je viens de déménager à Berlin (plus d'opportunités musicales qu'en Finlande), mais mon séjour chez les finlandais m'a ravi, le pays est magnifique et les habitants d'une honnêteté et d'une gentillesse qu'on n'imagine plus en Europe. C'était exactement ce que j'étais allé chercher: des êtres humains probes.

Le plus important: au-delà de la chance et de la quasi-absence d'obstacles dans mon quotidien, je n'ai plus aucune, je dis bien aucune, rancoeur ou émotion négative/sale envers mes parents, je sens réellement que je les aime et je peux leur dire, aussi les remercier de ce qu'ils font pour moi, choses qui m'auraient parues absolument invraisemblables il y a quelques années, quand l'envie d'aller les tuer à mains nues m'emplissait parfois. Tu ne peux pas imaginer à quel point c'est un cadeau pour moi, mais aussi et surtout pour eux je pense. Je crois pouvoir parler au nom de ma famille en adressant à toi, aux esprits, aux ngangas, aux participants à la cérémonie, notre gratitude éternelle.

(Tu peux bien évidemment publier ce témoignage sur le site d'Ebando et inclure mon mail si besoin) sur demande ponctuelle=note de Tata Yo.

Embrasse tout le monde de ma part, je pense à vous très fort, vous suis éternellement reconnaissant, et puisse tout se dérouler dans la paix et l'avancement de vos projets


Un mois après initiation - Mouton Noir - 2014/08/06

Nous sommes dans ce monde pour apprendre pour éclairer ce que avons occulté, pour retrouver le niveau de conscience de notre âme.

Nous ne sommes pas sur ce plan physique pour nous laisser bercer par l'insouciance, la satisfaction de soi et l'apparence d'une vie tranquille il est donc extrêmement dangereux de passer sa vie en vacances sans vouloir agir sur soi et son environnement.

Ce que nous ne voulons pas apprendre par la sagesse, nous l'apprendrons par la souffrance. Si nous ne faisons pas quelque chose pour avancer dans la vie, la vie fera en sorte que nous avancions malgré tout.
De tout façon, notre évolution doit se faire.
Le vrai choix est là :
soit nous refusons d'y participer, soit nous prenons cette évolution en charge.
Le refus de faire le travail sur terre nous expose aux épreuves difficiles.


Au contraire, la volonté de contribuer de nous même à l'œuvre de la création atténue les moments pénibles, et les difficultés n'ont pas la même ampleur, elles nous aident à progresser et nous servent d'expériences.
Chacun de nous est, dans ce monde, comme un petit enfant qui doit manger sa soupe pour grandir.
Impossible de sortir de table sans finir son plat, quand on accepte les règles on a le choix des mille parfums disponibles mais si on refuse de manger, la vie nous impose un parfum obligatoire, même si on déteste ce goût .

Nous voulons tous être libres, c'est le plus grand désir de notre âme consciente, mais la liberté à ses règles qu'il est judicieux de connaître .

TOUT le paradoxe du sentiment d'être libre ce trouve là : Refuser d'être un esclave c'est accepter de servir...

Bon Jour !


D'origine européenne, ils sont devenus gabonais, sénégalais... et vivent sur le continent - Clarisse Juompan-Yakam - 2014/07/13

A lire sur Jeuneafrique.com


...OUVERT LES PORTES... - Etsika O Motsoï - 2014/04/29

(6 mois après initiation )

Un petit mot pour toi qui m'a ouvert des portes dans un combat si dur et si beau que j'en demeurerai à tout jamais marqué. Je t'en remercie et tiens sincèrement a te le dire. A toi qui accompagne souvent mes pensées. La vie est un combat et je te remercie d'avoir entraîné mes ailes afin de les rendre plus fortes et plus puissantes pour me permettre de voler dans ce monde qui n'est pas toujours fait pour moi.

Remercie aussi Papa André de m'avoir guidé dans ce chemin qui me permet d'appeler les esprits forts.

Le son de ma corne vous accompagne.

Etsika O Motsoï


RETOUR d INITIATION : AVRIL 2014 - Mussingi - 2014/04/28

Papa, je suis bien arrivé à P où il fait très froid. C'était un voyage magnifique, magique, un voyage qui à dépassé toutes mes attentes et qui me nourrira pour long temps. Merci à toi!

BwitiLove

Mussingi


8 MONTHS AFTER IBOGA INITIATION - S. - 2014/03/24

Bonjour Tatayo,

Comment vas-tu ?

Ici énormement de travail. Je n'ai que peu de temps pour faire vagabonder mon esprit dans les étoiles...
Mais, l'ouverture que m'a permis mon séjour au Gabon continue de m'accompagner.
N'hésite pas à me donner de tes nouvelles et de celles du village.


Bise. S.


Today at 5:43 PM - Salut les vaillants! - JBR - 2014/03/10

Salut les vaillants!

Tout va bien pour moi, la Finlande est vraiment un chouette pays, et je suis en paix avec moi-même, ma famille et les autres depuis l´initiation. Je pense souvent à vous tous.

Plein de bonnes choses, que les esprits et les dieux vous protègent et vous assistent!

JBR


Un grand merci à Ebando - Eve Epando Pando - 2013/12/17

Un grand merci à Ebando, à Tatayo et à tous les enfants du village. Bassé Merci pour votre dévouement, merci pour votre écoute, merci de m'avoir donner la possibilité de découvrir le Bwiti et tout ce qui s'y rapporte. Je suis aujourd'hui très heureuse de mon experience. Je ne vous oublie pas, je reviendrai.


AH ! le Gabon ... le Gabon - Banzi - 2013/09/30

bonjour a tous , pour ne pas m'y perdre ,je me suis dit qu'un mail bien trempé ,suffira a faire plaisir a tout le monde .
Espérons............. ;)
bon !
....le Gabon
.....le Gabon ..........
je ne sais même pas par ou commencer ,(.............................................)
je suis arrivée tres tot le matin dans un village ..........,
donc
ce petit village , EBANDO, ou tatayoland ,ne manque pas de saveur , des bananes a tomber par terre aussi (oui on tombe souvent le cul par terre la bas hihihih)
des fruits frais juteux a souhait ,frais frais frais ,tout juste tombés de l arbre !
et des odeur bien particulière qui n' appartiennent qu a cet endroit là ,
quant au personnel, essayons de le dire ,parce c est plus une grande famille qu autre chose , ils sont tous exceptionnel , tatayo (THE anti-gourou)
chef de la famille , avec toujours une petite blagounette ou deux sur les religions à mourir de rire.
En maitre sur son domaine, respectueux et honnête ,du haut de sa sagesse chèrement acquise.
Yo est d une gentillesse ! le moindre de tes besoins devient les siens , et si tu le cherches , il est jamais bien loin ....

Abang,une cuisinière ... comment dire délicieux mais piquant ! un régal
une adorable demoiselle avec beaucoup de courage ,et de sourire magnifique quand on lui demande gentiment. Mougeba !!!!!!!! lui c est mon missile scud personnel ,mon agent perso plein de bon sens ,de dépanne et surtout d'amitié , la derniere fois que je lai vu j ai sentit sa peine me passer par le corps ,excellent ce bonhomme!

M'bilou , mon m'bilou ,spontané et direct , il ma étonnée sur la notion du pardon ,la preuve je l ai dans mon salon et j'en apprend encore a en jouer , mal certes mais pour M'bilou, j essaie !
Yann , un passage au village de temps a autre,c'est quelqu'un d excellence aussi , rapide, fiable quelqu un sur qui il faut compter ,bon prince aux invitations.
il ma accompagné avec Zingou mon nganga en foret nous faire découvrir la foret equatoriale particulièrement grandiose! deux amis pour la vie. (bassé)

Noe(Neo pour moi), fils du chef, chaque chose ou avis demandé ma été donné en double avec cet homme, tranquille mais actif, c'est quelqu un de precieux ,
claire , fille du chef ,directe aussi ,(t ecoute de la musique de merde......,hahahaha ),
"mais c est ma culture!!" snif ,mais qu est ce qu elle est gentille.


et il en a plein d autres que j aime fort encore !
Pemba ,aussi un exemple pour toutes les recherches de sagesse dans les plantes et d accompagnement et Ses enfants . Y avait les filles aussi ,tres belles et serviable et attentives ,
bref et j' en oublie encore...
bref en arrivant une chose était sure, c est que tout irai au mieux ,sans stress .


J'ai litterallement adoré !!!!


vous savez on dit l amour c est simple et ca doit rester simple ,on sait pourquoi, quand l amour s echange comme ca ,facilement entre chacun ,ca fait du bien,
nous avons tous besoin de ce genre d echange spirituel .
quand on vous aime comme ca ,vous vous aimez forcement ,et c est beau.


bref
tout mon sejour ce resume a pleine de chose mais ,en meme temp trop peu, cette osmoze ,vous la voulez tout les jours. balade , rencontre ,echange ,on a meme fait un mur !!! oui un mur de 40 brique , bon pas trop droit je sais mais il est bien quand meme , c est mon mur la bas !!!!!
trop fort ! je kiffe !je surkiffe meme !!!
pour tout vous dire , ce que jai appris sur moi meme ,me fait penser et comprendre pourquoi on parle de renaissance je suis toujour Adrien Caron ,mais different....... . en plus sage ...
mes expériences m'ont enrichi , je suis de retour avec une autoroute devant moi ,mon seuil de tolerance voyage c est bien passé,et parti pour faire un metier qui m apportera de la satisfaction,
et de l avenir: alternance, soudeur international tres recherché dans le monde , sans compter les modifications d usage,bref
je suis refait
et paré pour 20 ans comme ca !
voila ,
je vous aimes tous tres fort
Banzi
...



Salut Tatayo - Mbeï - 2013/08/28

Salut Tatayo,

Je suis en Dordogne et rentre tout juste de La Rochelle. Je profite de l'été dans cette région que j'aime beaucoup (le seul point fixe de tte ma vie pr l'instant). Je me sépare un peu laborieusement d'avec mon copain mais ça se fait petit à petit et c'est tellement moins douloureux par rapport aux séparations que j'ai connues jusque là. C'est fou, un miracle pour moi! Mi ré si.

. J'ai un peu plus de bas ici mais je ne peux vraiment pas me plaindre, c'est incomparable, j'ai une "force tranquille" avec moi ... J'espère que tout va bien à Ebando et te souhaite bien du bonheur (avec Joli Coeur!!)

Des gros bisouxxxxx à la belle petite Abang; et puis Yann et sa femme aussi et tutti cuanti et à une prochaine:

BIIIIIIIIIIIIIIIIIIISE

Mbeï


L'oiseau a volé sur la vérité des choses sacrées du monde - Ténané - 2013/08/01

Salut ô

L'oiseau est arrivé en France,
survolé à l'arrivée des rivières, des lacs et des mares, qui brillait comme des diamants.
Bassé.

Survolé des villes, des villages, tout est si bien construit et beau, c'est étrange.
Belle allemagne, belle France, il fait beau, il fait chaud,
mes fils sont très beaux, et très sensibles et intelligents.
Mon regard sur les choses a changé.
Je perçois la beauté du monde avec une grande acuité.
Les choses qui brillent brillent plus et les choses bonnes sont meilleures.
Les choses moins belles aussi malheureusement mais non c'est bien car ça me permet de trancher direct.

Ténané
Yo PapaYo! - JF - 2013/06/26

Yo PapaYo!

J'ai pris le temps avant de t'écrire, histoire de prendre la température, entre l'Italie et la Belgique (où je suis depuis trois jours), entre la famille et les amis. Je me sens bien, très bien, vivant, le coeur est présent, j'ai envie, et l'énergie pour, de donner, dans une tentative de partager toute la gratitude ressentie à travers mon expérience et ces beaux moments avec vous. Du coup, les relations avec mes proches sont plus riches, s'ouvrent, je retrouve une intimité qui s'était quelque peu étiolée avec ma compagne, je suis émerveillé par mon fils, même s'il nous met parfois à l'épreuve ; . C'est subtil mais évident, je me sens plus fort, plus confiant, j'ai davantage foi en la vie. C'est important d'avoir la foi, chacun comme il l'entend, chacun son bwiti...Je n'ai pas refumé de cigarette depuis l'initiation je gère sans grande difficulté, je me sens surtout beaucoup mieux de ne plus fumer, cette nouvelle liberté étant bien démonstrative du sentiment d'une plus grande liberté intérieure. Ce sera une autre étape dans une semaine, avec un retour au boulot.

Je pense bien fort à vous, avec le coeur plein de joie, que je vous envoie à tous là-bas, entre océan et forêt, entre ciel et terre.

Encore merci à vous pour cette belle étape dans ma vie, dont les fruits n'ont pas encore fini de mûrir. Embrasses tes fils et tes filles, mes frères et soeurs, Noé, et Joli coeur aussi pour moi.

On est ensembles.



Bassé!

JF


Bon retour! - Disumba - 2013/06/07

BON RETOUR !

De retour chez les fous, je suis en pleine forme, parfaitement calme. Cette expérience ne peut en aucun cas être l'objet d'un banal trip report comme j'en ai tellement lu. le seul trip report qui vaille est celui-là : j'ai côtoyé pendant près de trois semaines des personnes de grand cœur qui aident avec courage les habitants du vieux monde a affronter leurs peurs, et démons, et questions. Quant à ces dernières : la preuve qu'on a apporté une bonne réponse, ces que dix nouvelles questions surgissent en même temps qu'une envie décuplée de trouver dix nouvelles réponses.

DISUMBA


Veillée d'initiation de 2 bantzis europaiens - Pierre-Kouna - 2013/03/26

Librevile le 26 mars 2013.

Veillée d'initiation de 2 bantzis europaiens,

Mère-veilleux et père-veilleux Bwiti,
Bwiti is bwitifull,
Terre-Mère et Père-Ciel de tous les re-pères et de toutes les re-mères,
unis dans le même Graal;
Bwiti akhbar!!!
Le Bois Sacré aime tellement aimer,
Alors en toute innocence: Demande!!!
et plus tu demanderas, plus tu recevras,
Plus tu donneras, plus tu recevras,
Alors, à consommer sans modération.
Dans la générosité des corps dansant et des voix en-chanteuses,
maquillage aux 3 couleurs rituelles et parfums de protection
Et le Bois sacré qui joue sa musique, soyons à l'uni-son,
Merci la n'gombi (la harpe), merci le mougongo (l'arc en bouche)
Ouah!!! C'est croyable, Ouah!!! C'est possible!!
Ya k!!!!
Générosité et amour de ces grands frères et soeurs
Qui accueillent 2 nouveaux enfants dans cette famille du coeur,
Bienvenue les petits frères!!!
Pour que le passage soit le plus doux possible,
Nous allons chanter et danser toute la nuit,
La lune, les étoiles et le soleil levant nous accompagneront
La lumière de notre foi, des bougies et du moupetou (la torche sacrée)
éclaireront votre voie et feront fuir les génies nocturnes.
O Zambé, O mabondo!!!
Tout est dans l'uni-vers, tout l'uni-vers est en nous
On est ensemble

Pierre-Kouna

Tout va chez les Touvas du Gabon


REPONSES AU QUESTIONNAIRE POST INITIATIQUE D'UN DES ENFANT DU BWETE D'EBANDO INITIE EN 2006 - Moubengi - 2013/01/22

Nom /Name: Je souhaite garder l’anonymat
Prénom :
KOMBO : Moubengi,
PAYS (Résidence) /Country:
Profession /occupation : éducateur spécialisé
Date /initiation date : Février 2006



1 - Quels étaient vos motivations et objectifs vous ayant amené à vous faire initier ?
WHAT WERE YOUR MOTIVATIONS & AIMS ?

Je voulais en finir avec un style de vie (alcool, tabac,…) en opérant une « mort » symbolique. Mes objectifs étaient l’arrêt total de ces substances ainsi que la disparition des raisons qui me poussaient à faire usage de ces substances.


2 - Considérez vous avoir atteint ces objectifs ? Si "oui" combien de temps après votre initiation ? Si "non" pour quelles raisons d'après vous ?
Do you consider you did succeed ? IF YES, how many time after ? If NOT ...WHY ?

Oui, je considère avoir atteint ces objectifs dans la mesure où je ne consomme plus ces substances et que les raisons qui me poussaient à consommer (mal être, angoisses, dépression, colère envers ma famille…) ont disparu, laissant la place à une sorte de « renaissance » : J’ai décidé de changer ma vie en 2006 mais c’est le Bois et la tradition Bwiti qui m’en a donné les moyens (ainsi que les 400 tonnes de cannes à sucre que j’ai coupées durant la saison qui a précédée mon voyage au Gabon et qui m’ont permis de financer les soins et mon initiation).

Le changement s’est opéré de façon régulière et constante : à la sortie de l’initiation, je ne me suis pas senti au mieux de ma forme car j’avais un trou de mémoire de presque 3 jours et j’avais fais 2 ou 3 crises d’épilepsie durant l’initiation. Cependant, je me suis senti mieux de jour en jour et au bout d’une semaine, l’enthousiasme, l’énergie, le contentement (comme si je m’étais libéré d’un poids) ont pris place dans ma vie et ne m’ont jamais quitté.


3 - Quels changements concrets pouvez vous lister dans votre comportement, votre vie...?
WHAT CONCRETE CHANGES IN your BEHAVIOUR ?
Si "aucun changement" voire "aggravation de votre état" précisez et développez svp.
IF NO CHANGE or WORSE, develop please ....

Comme changement concret je citerai l’arrêt des consommations dont j’ai parlé précédemment. Ensuite, je pointerai un rapport à la vie radicalement différent : une pulsion de vie prenant la place d’une pulsion de mort. Je dirais que ma vie a pris du sens : j’ai pu enfin m’engager dans une pratique sérieuse de la technique de méditation Vipassana (que je souhaitais aborder depuis de nombreuses années mais que l’état de ma vie ne me permettait pas d’investir).

Cette attitude plus positive envers la vie m’a permis de rencontrer mon épouse et de fonder une famille (la naissance de notre fils est prévu pour janvier 2013).
Enfin, comme changement concret, j’évoquerai le fait que je viens de terminer une formation de trois ans d’éducateur spécialisé en accompagnement psycho-éducatif, laquelle m’a donné la possibilité d’être engagé dans un centre de réhabilitation psychosociale.
Le fait de travailler dans le secteur de l’aide à la personne peut en dire long sur le chemin parcouru.


4 - Pourquoi avoir choisi Ebando pour votre initiation ?
why did you choose EBANDO ?

J’ai choisi Ebando car j’avais trouvé ces coordonnées dans le livre « Le Bois Sacré » de V. Ravalec. Le fait que cette ONG constitue une passerelle entre savoir traditionnel Bwiti gabonnais et modernité occidentale me paraissait être adapté à ma demande.


5 - Recommanderiez vous l'initiation au Bwiti et/ou à Ebando à un proche ?
Si non pourquoi ?
Would you RECOMMEND Bwitinitiation or Ebando to a beloved person ?
If NOT...WHY ?

Recommander à une personne le fait de suivre un soin thérapeutique traditionnel ainsi qu’une initiation bwiti n’est pas quelque chose qui se fait à la légère.
Actuellement, il me semble plus pertinent de penser que la personne qui souhaite résolument se tourner vers cette démarche ira, de toute manière, avec ou sans mes recommandations, tenter « l’aventure ».
Une volonté ainsi qu’une détermination solide me paraissent tout d’abord indispensables dans ce genre de démarche. En outre, la complexité sous jacente au fait d’aborder une approche thérapeutique issue d’une culture si radicalement différente, me poussent plutôt à tenter de prendre plus de recul et ne m’incite donc pas à recommander cette démarche sans réserve. En effet, les questions soulevées concernant « l’intégration de l’expérience » sont nombreuses : Comment « revenir » dans « la » société moderne occidentale après avoir emprunté ce chemin de guérison ? Quels sont les pièges susceptibles d’apparaître au niveau du narcissisme du « nouvel initié »… ? D’autre part, quels sont les risques pour une personne dont la structure psychotique latente resterait cachée jusqu’au moment de l’expérience... ?


6 - Que changeriez vous ou développeriez vous chez Ebando ?
WHAT WOULD YOU CHANGE or DEVELOP in EBANDO ?

Ce que je souhaiterais pour Ebando :
Une intégration des deux courants thérapeutiques (moderne et traditionnels), l’exemple du centre Takiwasi me semble être ici assez intéressant.
Ebando paraît être à la croisée de différentes activités : secteur de l’aide à la jeunesse, centre de réinsertion, centre de formation, centre thérapeutique et de traitement des toxicomanies, etc.
Par conséquent, je souhaite à cette association de trouver des subventions qui puissent lui permettre de mener à bien ses missions et, pourquoi pas, d’envisager un partenariat avec d’autres institutions (université, hôpitaux, service d’aide à la jeunesse, etc. ) dans le cadre de programmes de recherches ;

Je souhaite à Ebando de participer à la réalisation de cette « alliance thérapeutique » même si les dimensions et les difficultés de ce travail peuvent paraître insurmontables (confrontation des différentes conceptions liées à l’art de guérir tel qu’étudiées dans le vaste champ de l’anthropologie médicale, par exemple).

Il me paraît pourtant évident que cet objectif d’alliance devrait être considéré par des ONG comme Ebando de façon très sérieuse : cela pourrait se révéler être une capacité d’adaptation importante pour la survie de ces associations.
En effet, le travail pour la reconnaissance des savoirs faire traditionnels, le « partenariat » multidisciplinaire (médecine, anthropologie, ethnobotanie, psychologie, psychiatrie, psychanalyse, ethnopsychiatrie, etc.) pourraient permettre d’asseoir ces pratiques ancestrales sur des fondations qui tendraient à les rapprocher d’une certaine scientificité. Ce faisant, elles y gagneraient en crédibilité ainsi qu’en reconnaissance et cela à un niveau international.
(Il est par exemple courrant de nos jours que des théories scientifiques viennent appuyer ce que certaines sociétés connaissaient depuis des millénaires, alors gardons espoir.... !)


7 - Seriez vous prêt à aider Ebando à améliorer sa structure, son fonctionnement... ? Si "oui" comment ?

Je ne me sens pas prêt à aider Ebando à améliorer sa structure au delà de ces quelques lignes de réflexion et de ces “bons voeux” (d’ailleurs, je suis moi-même à présent dans un processus de formation continue).
Je trouve toutefois que ce projet « d’amélioration » est un signe extrêmement encourageant qui présage le meilleur pour Ebando et sa structure.
Savoir trouver le juste équilibre entre tradition et modernité, voilà un beau défi à relever…


LE MONDE - L'iboga, une racine aux pouvoirs hallucinants - LE MONDE - 2012/11/29

L'Iboga, souvent appelé "Bois Sacré", est un petit arbuste des sous-bois dont les racines sont utilisées au cours des cérémonies Bwiti, un ordre initiatique très répandu au Gabon. […]

LIRE LA SUITE ICI:
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/11/29/une-racine-aux-pouvoirs-hallucinants_1798071_1650684.html


PODCAST FRANCE INTER - La tête au carré - FRANCE INTER - 2012/12/03
GRÂCE TO HOLY BWET ! (suite) - JMC/MWANA TSENGUE - 2012/10/10

VIA le FORUM ascension_technospirituelle@yahoogroupes.fr

Bonjour à tous,

le bois travaille... Presque un mois depuis l'initiation. Je suis revenu une autre personne sur des points fondamentaux. Mais dans une vie à reconstruire complètement pour qu'elle s'aligne sur cette nouvelle personnalité.

Du passé, je garde le pouvoir de vision, la pulsion transformatrice, la capacité d'amour. Je jette la peur, l'angoisse, le manque de paix intérieure.

Des 10h de visions, j'ai reçu énormément de subliminal, et en particulier ceci:

FAIRE LA PEAU AU SYSTEME

Oh pas tout seul, bien sûr! Et de manière subtile. Il suffit juste de créer à l'intérieur du sytème un autre, qui, tel un parasite terrifiant, va se multiplier et asphyxier la bête.

LE TEMPS EST VENU DE CHOISIR SON CAMP: OU BIEN ON TRAVAILLE POUR MAINTENIR LE SYSTEME

OU BIEN POUR EN ELABORER UN AUTRE.

Cela va être fait de manière radicale. L'adversaire ultime du sytème est à l'intérieur et quand ils s'en rendront compte il sera trop tard...

Voilà, je me sens mieux... C'est dit (rire)

JMC/MWANA TSENGUE


GRÂCE TO HOLY BWET ! - JMC/MWANA TSENGUE - 2012/10/10

VIA le FORUM ascension_technospirituelle@yahoogroupes.fr

J'ai mangé le "bois sacré" le 14 septembre 2012 à la Sablière, le quartier résidentiel de Libreville, capitale du Gabon. Je suis devenu ce qu'on appelle un "initié" ou "nganga" dans le Bwiti. Au cours du processus d'initiation et jusqu'à la cérémonie de clôture, on est appelé "banzi". Tatayo Ma-missoba, mon père d'initiation, grâce à sa maîtrise du processus, m'a propulsé dans un long voyage de dix heures dans des dimensions supérieures de la conscience. L'iboga, dont l'action implacable est ressentiei comme une possession par une force venue d'ailleurs, a nettoyé mon esprit de ses angoisses existentielles et lui a montré une direction pour cette seconde moitié d'existence. C'est une expérience spirituelle radicale. Des années de méditation, d'introspection et de travail sur moi, m'avaient préparé à cette épreuve terrible au cours de laquelle on est pris de nausées épouvantables. Condition sine qua non de la survenue de visions.

Je ne conseille à personne de prendre de l'iboga tout seul chez lui, ou pire mal accompagné. J'aurais eu la peur de ma vie. Une intention claire de la part de l'impétrant ainsi qu'une confiance absolue dans la main qui donne le bois sont capitales à la réussite de l'initiation. La mise en place d'un rituel (bains, chants, musiques, fumigations etc...) dans les jours qui précèdent permet le lâcher-prise. Car, en effet, il ne faudra pas résister devant la puissance de l'iboga.

Je veux rester discret sur la nature exacte des visions. Elles ont une dimension personnelle et sacrée. Par contre je peux dire les deux choses suivantes: au tout début des visions on m'a dit qu'on allait me révéler les "secrets de la vie" et ce fut le cas. Ensuite, à la fin de la "communication" avec l'au-delà on m'a envoyé mon kombo (nom d'initié ou identité spirituelle) de manière surnaturelle: "fils de la Terre" ou MWANA TSENGUE dans la langue du Bwiti.

La signification de ce kombo est que la Terre est ma mère, qu'elle me donnera ce dont j'ai besoin, que j'assume la totalité de l'existence sur ce plan, que j'obéis dans un état d'esprit d'acceptation absolue à des lois cosmiques intangibles (naissance/mort etc...) et que maintenant je dois chercher à matérialiser la parole de l'Esprit. C'est aussi un kombo de guerrier spirituel, car un fils défend sa mère si elle est en danger.

Le Bwiti est immense. Ce que j'en ai vu me donne le vertige. Une vie n'est sans doute pas suffisante pour en faire le tour complet. Il appartient au patrimoine le plus précieux de l'humanité. Le Gabon, véritable "Tibet de l'Afrique", est le seul endroit ou presque ou pousse l'arbre qui donne l'Iboga. Il est absolument incroyable de penser que la psychologie/psychiatrie occidentale l'ignore totalement.



Un psychiatre (qui bourre ses patients d'antipsychotiques, d'antidépresseurs et de xanax) m'avait prédit fin juillet que "si j'allais au Gabon, j'avais 99,9% de chances d'être sous neuroleptique pour le reste de mes jours et que je perdrais mes enfants" (verbatim). Une voyante consultée au mois de juin avait prédit que "le voyage se passerait bien, que je reviendrais en paix avec moi-même et que ma vie prendrait un tournant pour le meilleurs" (verbatim). Qui est le plus perspicace: le psy ou la voyante? Vous avez la réponse... (rire).

A ce jour, environ 500 occidentaux se sont faits initiés au Gabon. Mais malheureusement, seule la moitié d'entre-eux peut se targué d'avoir réussi l'initiation. Pour des raisons diverses, comme le choix du père initiateur ou le manque de sérieux dans l'approche. Tatayo, serait le premier "blanc" à s'être fait initié, en 1979. Son père initiateur, Evariste, avait "vu" dans le bois la nécessité d'initier des occidentaux. Il est mort trois semaines après avoir initié Tatayo, dans des circonstances suspectes évoquant une "guerre sorcière".



NOTE de Tata Yo : TATA YO N'EST RIEN SANS LES SAVOIR FAIRE des DIFFERENTS MEMBRES ACTIFS d'EBANDO ! MERCI à TOUTE l'EQUIPE ! Yo.


Bonsoir cher Yo - Mivova - 2012/08/29

Bonsoir cher Yo

J'ai repris hier le travail et je suis étonnée par l'énergie que j'ai accumulé au Gabon et la liberté que j'y ai trouvé et qui se donne à voir dans mon écoute de mes patients

M. dite Mivova


Chère soeur, cher frère en humanité et en plante sacrée - S. - 2012/08/29

Chère soeur, cher frère en humanité et en plante sacrée,

je souhaite apporter mon témoignage quant au prix de l'initiation au Bwiti.
Oui l'iboga est une plante naturelle et sacrée, un don de Dieu.
Oui une initiation n'a pas de prix
Oui idéalement on devrait ne rien payer dans ce lien au sacré
Mais la vie des Gabonais est très très très loin d'être idéale…

J'ai connu Yo et l'association Ebando un an avant mon initiation à l'occasion d'un travail sur le Bwiti. J'ai toujours eu une attirance et une méfiance vis à vis des plantes, des initiations et des personnes qui entourent ces plantes. Et je continue à mettre en garde.
Mais en ayant passé près de deux semaines sur place à observer, écouter et enquêter sur les rituels comme les personnes, j'ai défaits mes préjugés tout en gardant un sens critique… Mais surtout c'est l'Appel du Bwiti, très fort, qui m'a fait franchir le pas et revenir un plus tard pour suivre une initiation qui valait tout l'or du monde…
Oui c'est très cher, mais le Gabon est un pays très cher, plus cher que la France sur bien des produits !!!, et je suis témoin que l'association ne fait aucun bénéfice et que Yo ne tire pas profit des initiations. Il investit tout l'argent dans l'accueil, les cérémonies (qui coûte cher ! produits, musiciens…) et aussi dans la réinsertion, l'éducation et la formation de jeunes gabonaises et gabonais que la vie a traumatisé dès l'enfance… C'est un travail difficile et courageux qu'il fait, que peu de Gabonais seraient capables de faire. Si les conditions sont parfois difficiles, surtout quand on débarque pour suivre une initiation qu'on idéalise, j'ai vu l'évolution de certains jeunes en un an et j'étais ravie de constater qu'il y avait un résultat, alors qu'au départ j'étais très septique quant à l'efficacité à redonner un sens à la vie de ces jeunes. J'ai surtout appris à ne pas JUGER et à AIMER, au-delà du bien et du mal, tout en restant ferme et lucide sur certaines situations.
Mas tout cela on ne peut s'en rendre compte que sur place et davantage après l'initiation, on ne peut juger depuis l'étranger tant que l'on n'a pas vécu l'expérience.

C'est vrai je suis d'accord c'est cher, mais finalement ce n'est pas qu'une initiation égoïste que l'on paie mais on contribue à l'amélioration réelle de certains jeunes qui n'ont pas eu les mêmes chances que nous. C'est un acte personnel et SOLIDAIRE.
J'ai économisé un an pour payer ce voyage qui vaut tout les voyages du monde. J'espère du fond du coeur qu'un jour on pourra trouver un moyen pour que l'initiation ne coûte pas tant, même rien, si ce n'est le prix de notre ego……

Love et bonne chance, puisse l'Esprit du Bwiti vous accompagner.

S.


FROM BRUXELLES APRES Initiation IN GABON - Une Pygmée Belge - 2012/08/29

"Un trousseau brinquebaland

Un air dégingandé

Un coeur d’artichaut

Une allergie aux règles

Une passion Lolita

Des poches percées devant l’éternel

Un amour du Bwiti

Des mimiques clownesques

Des coups de gueule homériques

Et, et,et

Une humanité sans fard

Voilà le Tatayo qui émeut, qui agace, qui fait mouche !"



(UNE PYGMéE BELGE )


9 Mois après l'Initiation - Z - 2011/12/29

« Mon YO ! Comme j'ai envie de te serrer dans mes bras ....

Figure toi que je suis la même personne, mais tout a changé en moi,……………………….. et toujours vers ma foi indéniable pour votre culture ancestrale GABONAISE qu'est le BWITI... qui m'a conduit à une paix intérieure telle que je l'ai jamais ressenti depuis des années...

Exemple : Je ne joue plus de la guitare, je m'éclate...à jouer …………………………………………………………….

Yo, tout a pris une vraie dimension..Bwiti, vers l'esprit divin... C'est sacré pour moi, ………………………………. et je vous aime profondément, très profondément, je remercie cette terre d'Afrique qui m'a sauvé de mon carcan...

Je fais maintenant mieux l'amour à …, elle jouit plus de cet amour, je suis omniprésent, toujours prêt à aider...à aimer..

Je le faisais avant aussi, mais j'étais mal dans ma peau...Très mal...

O ZAMBE ! je m'agenouille devant Toi et verse mille prières pour te dire à quel point je suis avec toi !

Yo...Tu es formidable, d'avoir aidé tous ces gens...
C'est divin, tu sais, franchement je le pense !

Que dire ? " La pensée demeure incommensurable avec le langage" (Bergson)

Vous m'avez délivré de ces maux que trop d'occidentaux attrapent en se demandant ce qu'ils ont...

Je suis léger…..Je me suis mis à la méditation, ………………………….
Je ne bois pratiquement jamais, sauf une bière à l'occasion avec...., tranquille chez nous….

Yo, tu es béni ! Tout votre village, tout cet amour que vous déployez sans compter..

Cette humanité dans les yeux.....AHHHH....L'Afrique, continent sacré !
Les premiers hommes en viennent et c'est encore elle qui sauvera le monde !

Je vous AIME
Du fond du coeur, »

Z.


Retour d'initiation au Bwiti - Vladimir Dubus - 2006/09/07

Pour ma part, je reviens de Libreville où j'ai passé six mois pour le boulot. J'ai rencontré Tatayo en fin de sejour, malheureusement, mais nous avons eu suffisement de temps pour que je me fasse initier.

Il en resulte beaucoup de choses positives, certaines dont je ne me rends pas encore compte, d'autres plus terre a terre et bien agreable comme arreter de fumer sans aucune difficulté... je souhaitais faire cette experience, approfondir mes pensées, ma conscience, et non pour me traiter particulièrement.
Concernant tes questions et la façon dont tu abordes les choses, il suffit de faire confiance. D'abord à soi même puis aux personnes sur place qui vont t'accueillir.(....)

...En gros, j'en suis ressorti lavé et bien.

Ca parait un peu idylique comme discours mais c'est vrai que je cherchais depuis un moment ce genre d'experience et que tout s'est vraiment tres bien passé.
Le moment de l'initiation est unique, profites en bien, et dis toi bien que beaucoup de gens prieront pour toi l'heure venue. Conscience universelle bonjour. ;)

7 Septembre 2006
vladimir.dubus@gmail.com
Iboga et Occident - Raymond Le Golvan - 2006/04/18

Merci de me faire parvenir les courriers des personnes qui ont suivi la prise d’Iboga. Cela me donne envie de mettre par écrit quelques éléments de mon expérience(après la coupure de corde,quelques mois avant l'initiation).
Je trouve que :

1- l’Iboga est extraordinairement écologique et assertive au sens où elle me soutient dans mon intention, dans mes intentions de l’instant.

Les jours, les semaines après la prise de l’écorce de la racine mes questionnements existentiels,sont plus pertinents. Les réponses qui surgissent sont plus fulgurantes, plus radicales, plus évidentes.

Si je cherche la rencontre avec l’autre, j’ai le sentiment d’être plus ferme, plus simple, moins encombré pour me montrer, pour agir, pour entreprendre, pour frapper à la porte de l’autre. J’ai le sentiment durant ces semaines d’être plus fluide, plus légitime dans le fait de vivre.

Il n’y a rien à prouver, rien à imposer. Il y a à être. Etre là. J’ai eu le sentiment d’être un « individu », une « personne » plus identifiée, plus responsable, plus autonome (moins mêlé), plus pertinent dans toutes les relations, cad de mieux voir l’autre en tant qu’être, de mieux voir si l’autre est fiable, s’il est compétent, honnête…

Depuis je n’ai plus envie de discuter, au sens de discutailler, partager des pensées; il est question d’être là, de savourer ce qui est à voir, à entendre, à toucher, à sentir, à manger … c’est plus être là, partager ce qui est la vie, partager avec le vivant … et savourer.

Il n’y a rien à démontrer et pas de temps à perdre en blabla et rond de jambe, attendre que l’autre veuille bien …

Si je veux écrire j’ai le sentiment que le bois m’aide à écrire
Si je veux bricoler j’ai le sentiment que le bois m’aide à bricoler
Si je veux dormir j’ai le sentiment que le bois m’aide à dormir
Si je veux méditer j’ai le sentiment que le bois m’aide à méditer


2 – Je trouve qu’il y a plusieurs niveaux de réalité qui se sont révélés à moi avec l’Iboga.

2.1. d’abord il y a ce que j’ai « vu », « entendu », « rendu », « ressenti », « éprouvé » pendant l’initiation avec l’effet immédiat, « flash » ; d’après ce que j’ai expérimenté et après avoir échangé avec plusieurs personnes. Ceci est personnel pour chacun, même s’il y a bien des choses « semblables » dans ce moment au début de l’expérience. Quelque chose me parait important à souligner : c’est de porter consciemment la responsabilité de sa quête, de sa « queste » de ses questions ! et de les tenir, de les soutenir aussi, quand des réponses apparaissent et naturellement de nouvelles questions.
J’ai eu l’impression d’avoir toujours un libre arbitre personnel. Si je demandais à la plante de me dire ou de me montrer, j’entendais, je voyais ou je comprenais.

2.2 et il y a ce qui se passe après, les jours suivant et les semaines suivantes. Et il est important de ne pas mélanger les 2 :
- ce à quoi la plante nous permet d’avoir accès
· de nous même
· du monde vivant qui nous entourre

- et les effets prolongés de la plante en nous, qui correspond plus à un effet « médicament » et ses effets changent avec le fil des heures, le fil des jours, des semaines, des mois.

Il est important selon moi de ne pas mélanger les 2 sinon il y a risque de focaliser sur l’effet « drogue », l’effet esprit clair, muscle souple, cœur vaillant. Sentiment d’être plus ferme physiquement, plus déterminé existenciellement, sentiment d’être puissant, pertinent, simple, profond … un homme neuf, une femme nouvelle… … mais cela s’atténue avec le temps. Il est important de le nommer et de le valoriser pour ne pas être un occidental semeur d’illusions de plus, avec une nouvelle solution géniale : le bois ! le bois ! le bois …. Et après quelques mois … se retrouver aux abois.

7-8 mois après une prise importante de bois, après 15 jours de recherches, de veillées, d’expérience d’approche au Gabon en janvier, je prend la décision de suivre l’initiation dans la forêt … (donc expérience en cours à suivre....)

Mais pour moi occidental (et dans quelle mesure cela est aussi vrai pour les autres occidentaux qui font l’expérience ?) je commence à mesurer concrètement plusieurs choses

· il y a le bois
· il y a les cultures africaines qui ont intégré le bois dans leur conception, dans leur vision, dans leur approche de la vie, dans leurs rites spirituels et le bois soutient les personnes qui participent aux rituels de ces cultures, ces rituels sont différents (culture pygmée, culture fang, culture mitsogho…) (et ces cultures sont profondément des approches chamaniques de l’existence)
· et il y a le chamane, l’initiateur et ses assistants

Pour un africain, suivre l’initiation c’est entrer dans un groupe d’initiés, entrer dans un parcours d’existence...,pour toute l’existence; avec des obligations… des tabous… et des totems. Et le bois est une plante totémique qui nous aide à devenir qui nous sommes et qui nous soutient pour servir cad réaliser ce qui donne du sens à notre existence parmi les autres.

Pour l’initié africain, c’est partager avec ses frères d’initiation, de clan des rituels qui sont autant d’occasions de reprendre un peu de bois, de danser, de chanter, de veiller cad de traverser la nuit les yeux ouverts… cad de refaire alliance, de recontacter partiellement des morceaux de l’existence revélés à soi même pendant son initiation… Pour moi occidental faire un voyage dans mes profondeurs dans les profondeurs de l’existence partagée avec l’autre, les autres…c’est autre chose que pour l’initié africain.

Alors se pose - pour moi complètement – pour toi ? pour vous ? – plusieurs intérrogations.

1 . avant la prise d’Iboga, qu’est-ce que je veux ? qu’est-ce que je demande à la plante ? est-ce que je veux mieux rêver ? mieux dormir ?
est-ce que je veux trouver du sens à mon existence ? est-ce que je suis prêt à entendre ce que je vais me révéler à moi même avec l’aide de la plante ? avec « l’esprit » de la plante ?
2. Pendant la prise massive – chacun est préparé, assisté, accompagné de son « père » d’initiation ...
3. Après « l’initiation », nous voilà initié ! et alors ?!
sans un cercle support, sans une « culture », qui intègre l’initié avec ses visions comment est-ce possible de faire que ça ne reste pas une expérience fabuleuse, fantastique, extraordinaire, etc… ?

Mon sentiment est que là il y tout à garder ouvert, très ouvert. Personellement je connais assez bien les traditions amérindiennes pour avoir une hutte de sudation depuis 15 années dans ma prairie, j’ai assisté à d’autres rituels et je crois avoir un peu intégré les mythes et les rites amérindiens qui permettent à l’enfant rouge de devenir un « être humain » il n’est pas question de jouer aux indiens ni de vouloir devenir indien.

Alors avec le bois, il n’est pas question de jouer à l’africain ni de vouloir devenir le « devin de la forêt de Rambouillet »…

Alors j’ai le sentiment que le bois m’oblige à m’interroger et à trouver des réponses concrètes, fines affûtées cad non dogmatiques, non intégristes mais pertinentes pour moi avec les miens.

Pour le moment le bois m’amène à creuser dans les directions :
· c’est quoi la vie ?
· c’est quoi ma vie ? qu’est ce que j’ai à faire de ma vie, dans ma vie, autour de moi, concrètement…
· et si je veux servir à partir de ce que je porte avec le bois, je découvre que je suis beaucoup moins gentil, beaucoup plus confrontant, beaucoup plus ferme, exigeant même donc plus tendre, plus aimable et plus tranchant en même temps. C’est un long travail d’assimilation, de confrontation aux autres et à moi même (image de soi, imagination de ce que je devrais ..etc changement de tonicité, d’image, d’implication donc du retour des autres/soi. et comment entretenir cela – quel rituel ou quels rites ?

Je me découvre encore plus intéressé, non pas curieux, mais intéressé comme si j’avais faim, par les cultures traditionnelles vivantes, car ce que je comprends, chacune d’elle porte quelques chose de tangible pour me permettre d’être un être humain vivant et comme j’ai 58 ans, un être humain qui a aussi à transmettre et c’est aussi pour cela que je viens d’écrire ceci !

Yo !

18 Avril 2006
raymond.legolvan@laposte.net
Iboga et Chrétienté - Ngomoko - 2006/09/06

Bonjour Guy,

Excuse moi de ne pas t’avoir répondu plutôt...
L’Iboga, c’est Dieu qui l’a mis sur terre, ce que les hommes en font, c’est de la responsabilité des hommes. Mais l’Iboga lui-même ouvre les portes du sacré.

En ce qui concerne Tatayo, il te sera dur de trouver personne plus honnête au Gabon, pays de cueilleurs-
chasseurs.Tatayo a lui-même une dimension christique de par son appartenance originelle au Bwiti Fang qui est de type écclectique christien.

Le Christ il le manifeste par sa profonde humilité et son sens aigu du partage, puisqu’il fait vivre a son propre détriment une communauté de jeunes qui se seraient fort probablement retrouvés dans les bas fonds obscurs de Libreville.

On reconnaît l’arbre à ses fruits. Ces fruits, ce sont ces jeunes qui l’entourent et qui sont probablement les seuls issus de leur milieu qu’il m’ait été donné de connaître qui ne volent pas, ne mentent pas (sauf pour blaguer) et sont capables de communiquer au patient un sentiment de confiance et de joie de vivre.

Tatayo dit que l’Iboga est le corps du Christ…Je ne sais pas, qui suis-je pour affirmer cela…Ce que je peux dire c’est que comme le Christ pour ceux qui l’ont vraiment connu, il sauve. Comme le Christ, Il est l’Amour et comme le Christ, il est une porte, un chemin. Une porte directement ouverte sur la connaissance de soi et sur le monde. Je pense bien que c’est la ou le Christ nous convie : a explorer, a chercher et a trouver, libre de toute autorité.

J’ai été adepte d’un type de christianisme fondamentaliste qui s’est révélé être une prison. Chrétien, je le demeure, mais je dirai plutôt Christien, suiveur du Christ sur le chemin de la naissance par en haut. Une vraie initiation vous fait renaître par l’Esprit. Je ne pense pas que l’on puisse vivre cette expérience autrement que par une véritable initiation, chose qui n’est malheureusement plus pratiquée dans nos Églises d’aujourd’hui mais qui le fût du temps du Christ. Rappelle toi la parole de Jesus :

Jean, chapitre 3
1 Or il y avait parmi les Pharisiens un homme du nom de Nicodème, un notable des Juifs.
2 Il vint de nuit trouver Jésus et lui dit : " Rabbi, nous le savons, tu viens de la part de Dieu comme un Maître : personne ne peut faire les signes que tu fais, si Dieu n'est pas avec lui. "
3 Jésus lui répondit : " En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu. "
4 Nicodème lui dit : " Comment un homme peut-il naître, étant vieux ? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître ? "
5 Jésus répondit : " En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu.
6 Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l'Esprit est esprit.
7 Ne t'étonne pas, si je t'ai dit : Il vous fait naître d'en haut.
8 Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l'Esprit. "
9 Nicodème lui répondit : " Comment cela peut-il se faire ? "
10 Jésus lui répondit : " Tu es Maître en Israël, et ces choses-là, tu ne les saisis pas ?
11 En vérité, en vérité, je te le dis, nous parlons de ce que nous savons et nous attestons ce que nous avons vu ; mais vous n'accueillez pas notre témoignage.
12 Si vous ne croyez pas quand je vous dis les choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous dirai les choses du ciel ?
13 Nul n'est monté au ciel, hormis celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme.
14 Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l'homme,
15 afin que quiconque croit ait par lui la vie éternelle.

Cette naissance par en haut est un vécu, comme une naissance, on redevient un bébé qui a tout a apprendre C’est une expérience qui ne se résume pas au simple fait de se faire asperger d’eau. Nous somme acteurs dans cette naissance, nous nous mettons nous même au monde avec l’aide de l’Esprit. C’est ce qu’on appelle être un Fils de l’homme…Je vais te dire honnêtement ce que je pense : L’Eglise en tant que Religion organisée s’est emparée de la vérité pour en faire un objet de croyance alors que le Christ nous invitait a l’expérience. En nous maintenant dans l’ignorance, elle s’est fait puissance politique et manipulatrice et a longtemps dirigé le monde. Rappelle toi que l’esclavage des noirs a été sanctifié par cette même Eglise lors du procès de Valladolid en 1550. Cette même Eglise a condamné toutes nos pratiques ancestrales sans discrimination, les taxant de satanisme. Encore une fois, on reconnaît un arbre a ses fruits, je te laisse juger…

Les pygmées connaissaient le Christ avant l’arrivée des blancs. L’Iboga et l’initiation sont un des moyens aujourd’hui proposés au monde de retrouver ce qui a été volontairement perdu.

Ceci dit il y a d’autres voies et méthodes, qui s’offrent a ceux qui sont prêts. D’autres traditions ont conservé ce qui avait été donné aux origines, mais l’authentique est de plus en plus rare et se cache dans l’Eden que sont les forêts d’Afrique centrale.

Bien sûr l’Arbre de vie est entouré des dangers qui font fuir celui qui ne le veut pas vraiment….

6 Septembre 2006
fanicolo@hotmail.com
Réponses éclairantes? - - 2006/03/27

On 3/27/06, MCC wrote:

Bonsoir Tatayo Ma Misoba,

Depuis ce début d'après-midi je cherche les contacts pour venir au Gabon recevoir l'Iboga pour mon 52ème anniversaire...

Bien cordialement

M CC



tatayo mamisoba a écrit :

Bouékayé, bonjour Maie C.C,

Oui, basi, oui, tu arrives bien, je suis du 12 avril. Je vais me permettre d'envoyer ton/notre mail à notre récent banzi devenu Nganga et qui peut, si nécessaire renforcer ta confiance.Demandes lui....

Nous avons besoin d'une semaine préalable pour que tu nous connaisses et réciproquement. Puis une semaine pour d'éventuels soins et l'initiation + cérémonie de sortie. Certaines personnes ont aussi besoin d'une semaine pour se "recomposer". Soient 3 semaines de séjour conseillées minimum. N'hésites pas à écrire ou répondre à Nyundu, qui n'était jamais venu en Afrique Noire ...ce qui n'est pas ton cas. Il a 35 ans.

Très heureux que le Sacré Bois t'appelle. Ce sera au delà de tes espérances qu'Il/Elle va te recevoir. Sois confiante.

Grand Bien à toi.

Yo.



Le 28 mars 06, nyundu a écrit :

Salut MCC , Je confirme que je suis à ta disposition pour tout renseignement utile. Salut !

Nyundu Na Mikanzo



Me revoilà, bokayé !

Il fallait que tu ais ces informations le plus vite possible, maintenant je vais prendre plus de temps pour répondre aux questions plus philosophiques que tu poses : à priori non par rapport au travail fait avec la plante, rien ne doit nous toucher? pendant l'initiation, "on" ne touche pas le Banzi, on doit même pas lui parler pendant qu'il est sous l'effet du Bois. Ceci afin de laisser l'initiation aux soins de l'Esprit. Dans le Bois on est seul face à soi même et il faut qu'il en soit ainsi. Par ailleurs sous l'effet de l'Iboga on est "ouvert", donc vulnérable, le corps de garde est là pour assurer la protection du Banzi tant matérielle que spirituelle. Le Banzi est aux "mains" du Bwiti, de l'Esprit, il est sacré, on ne souille pas le sacré, donc on ne le touche pas. Le toucher pourrait laisser passer des influences que l'on ne soupçonne pas, on entre dans le subtil, tout acquiert une importance inhabituelle.

Peux-tu me raconter ton expérience? Difficile de raconter son expérience, impossible même, les mots manquent et mentent, alors je me suis donné comme ligne de conduite de ne dire que ce qui peut être utile à mon prochain. Mon expérience a été très douloureuse physiquement, émotionnellement et mentalement. Heureusement Hugues et les Ngangas de son corps de garde sont compétents et dignes de confiance et j'ai pu endurer les souffrances choisies par Iboga pour moi, bien entouré, en toute sécurité et sans me préoccuper d'autre chose que le travail d'Iboga en moi. Bien qu'ayant beaucoup souffert je reviens de l'initiation avec le sentiment d'être comme neuf, nettoyé dans le corps, dans le coeur et dans mes mémoires. Et j'ai oublié les douleurs de l'initiation, car ce que le bois te fait endurer, il te donne aussi la force de l'endurer. Tu as connu l'ayahuasca, tu sais donc quel genre d'épreuves nous réservent les plantes chamaniques de la forêt. Mon expérience d'Iboga ne se décrit pas en visions ou hallucinations, c'est beaucoup plus fort que ça, c'est une mort et une naissance, car Hugues donne le bois totalement et jusqu'à saturation afin qu'il nous envahisse comme Il le désire.

Trop de Ngangas peu scrupuleux dosent insuffisamment leurs Banzies, pour retenir la Connaissance et garder un pouvoir sur les "autres". Hugues est un véritable serviteur du bois et nul ne repart de chez lui sans avoir été inondé par la substance sacrée d'Iboga. Il faut faire confiance à ses méthodes et se laisser faire, il est un vrai "maître" initiateur expérimenté et qui ne cherche jamais à influencer les personnes que l'Esprit envoie vers lui.

Pourquoi y allais-tu? Pour de bonnes et de mauvaises raisons : je travaille "sur moi" ou devrais-je dire "sur le Moi" depuis quelques années maintenant et dans le cadre de cette recherche intérieure, suite à l'évocation de l'Iboga par un ami initié il y a très longtemps j'ai senti un "appel" ; ça c'est la bonne raison. La mauvaise c'est que je me croyais parti pour une sorte de dégustation vente de champignon hallucinogène. N'ayant jamais pris de drogue je me payais un "trip" sous le contrôle d'experts... Ce que j'ai trouvé sur place n'a rien à voir avec ça.

De quel pays d'origine es-tu? franco-français, de père, de mère, de grand et arrière grand père et mère, Aveyron, Bourgogne, Lot etc... Franchouillard quoi, brun aux yeux marrons, plutôt du midi !

Que s'est-il passé dans ta vie depuis le travail avec la plante? C'est une indiscrétion délicieuse... Si je prends autant de soins à répondre à tes questions (et à toutes celles que mes proches me posent) c'est qu'elles m'aident dans mon travail d'étude des effets d'Iboga en moi et me permettent de "faire circuler l'Esprit". Chaque interrogation est une occasion supplémentaire de manipuler le Bois en moi. Cela dit, personnellement, j'ai préféré partir vers le Bois avec le minimum de renseignements pour minimiser les influences et je me suis donc empêché de me renseigner. Toi au contraire tu préfères, parce que tu sens que c'est bon pour toi, avoir un certain nombre d'informations. Par ailleurs, expliquer ce qui se passe dans ma vie désormais, n'est significatif qu'à condition de savoir un minimum comment je 'vivais' avant. Sans rentrer dans des détails sordides qui me donneraient l'impression de parler exagérément de moi, l'initiation a renforcé l'Essentiel et amoindri l'annexe.

Voilà, MCC, ce que j'étais inspiré à partager avec toi aujourd'hui, je n'insisterai que sur un point : Hugues is the right man.

Meilleurs voeux de paix profonde !

Nyundu Na Mikanzo

nyundu@wanadoo.fr
Daniel - Josh - 2006/04/12

Daniel,

Hugues Obiang Poitevin is your man. He was the 1st white man to be initiated and now has Ghanga status. He was born french, went to Gabon 30 years ago for a couple of weeks and never came back. He now holds a Gabonese passport.

He is fully committed to Eboga and its importance to the world. There was a book published about him called something like the child of Bwiti which was only came out in French.

I love him dearly and he does fantastic initiations himself out on the point opposite Libreville... but is also perfectly placed to take people to the interior. He is totally trustworthy and does a proper job. I also think that his character and nature is inherently reassuring for people making the step...

His contact is : Hugues - Tatayo - EBANDO : (241) 06 25 09 17 or (241) 06 07 06 30
web: http://www.ibogabon.org
email: ibogabon@yahoo.fr

Josh

12 April 2006
joshponte@mac.com
La légereté de l'être - Nyundu - 2006/09/07

Bonjour Cédric,

Je peux apporter des réponses mais avant je te demanderai de te présenter un peu : ton âge, ton métier ou ta (tes) formation(s), situation de famille etc.. Tu parles d'un intérêt pour le chamanisme : qu'en est-t-il exactement : sans exagération, sans vouloir impressionner, sans mentir en fait, explique moi, si tu veux bien, ce que tu cherches et comment tu l'as cherché jusqu'alors.

Je te préviens que je ne crois pas à la magie, que je ne crois pas au fantastique et que je ne rentre pas dans ce jeu qui consiste à croire que l'on est un élu quand on a pris du Bois. Plus précisément je m'oppose à cette attitude qui consiste à croire, dès lors que l'on a pris du Bois, que l'on est investi d'une mission particulière et que l'on a un rôle d'enseignant à jouer auprès des 'autres'.

Je précise bien que je parle ici des petits peignes cul de blancs, qui partent en Afrique se faire défriser à coup de sensations fortes au nom de leur 'quête spirituelle' et qui une fois revenu se considèrent comme des messies. L'initiation par Iboga est d'une exigeance terrible, une exigeance inhabituelle, une possession, une mise à l'épreuve qui excède généralement nos capacités ( ce qui explique selon moi les égarements de bien des gens après l'initiation qui se prennent alors pour des 'maîtres' ).

Iboga fait un tel tord à l'EGO que sans un accompagnement sérieux à la suite de ça, l'EGO compense avec une force phénoménale l'affront qu'il a reçu du Bois.

Tatayo m'a raconté l'initiation d'un vrai yogi qui est venu se faire initier chez lui. A un moment donné le gars a dit 'stop' quand Hugues voulait continuer ; le type a indiqué qu'il ne voulait pas aller au-delà car cela dépassait ses capacités : ce type a vu le pouvoir de la plante, il a compris que cela est beaucoup fort que soi, qu'il y a là un être exceptionnel, qui a sur l'homme un pouvoir d'une incroyable profondeur. Alors, attention de ne pas le prendre à la légère...

Salut à toi !

Nyundu

7 Septembre 2006
Iboga Patrimoine National Gabon 7 juillet 2000 - quotidien "L'Union" - 2000/07/07




Infos retros sur Tata Yo 2003 parues sur quotidien national Gabon - quotidien "L'Union" - 2003/02/25




4 ans après - Eric - 2011/02/14

salut Yo

comment vas tu?
je ne sais pas si je te l'ai dit mais j'ai enfin trouvé ma voie
au début de mon initiation j'ai dit que mon souhait était de me reconnecter à la nature
aujourd'hui je suis maraicher bio... merci Maboga!
donne des nouvelles

Le travail continue… Bassé! - ROBIN/NGENGA pour WEBANDO - 2011/02/14

Hello Tatayo,

il est magnifique ce reportage photo sur emiliechaix.com/gabon/ j'ai reconnu le roi pygmée du village où on était allé tous ensemble en pleine brousse.... que de souvenirs ;) on y voit aussi je crois le masque du temple Ebando, mais je n'ai reconnu aucunes personnes de la Sablière. j'espère que vous allez tous bien et que tu continues à faire ton sacré boulot. moi ça va de mieux en mieux on va dire depuis que je suis rentré du pays, j'ai retrouvé du boulot et ça fait 2 mois que j'ai arrêté la cigarette pour de bon et c'est vraiment appréciable, j'en ai plus envie. en tout cas mon initiation a agit un peu comme un révélateur, le travail continue.... Bassé!

je vous souhaite à toi et tout Ebando de bonnes fêtes de fin d'année
A+
"Le Bwiti patrimoine Unesco?" publié dans le magazine GRANDS REPORTAGES déc. 2010 - Tatayo - 2011/02/14

contenu :
"L'Iboga: Phare de l'Humanité": publié dans le journal quotidien national l'UNION du 23/09/2010 - Tatayo - 2010/09/23


Elles sont venues en reportage AU Gabon 14 jours ! - - 2010/09/04

Très cher et grand spirituel AMI !
Merci pour ces liens, témoins et photos.
J'espère que tu vas bien, quetous ces derniers départs ne t'ont pas trop touché.
Mais nous sommes désormais tous en lien !
L'esprit de l'iboga est encore en nous, je suis allée au hammam avec E. Aujourd'hui, histoire de nous détendre. Et figures toi que nous faisons des rêves "bizarres" depuis notre retour ! C'est normal doctor ?
Cette nuit j'ai rêvé d'une plante en forme de squelette humain, je lui ai dit "mais tu es l'iboga !"
Merci encore pour ces très belles portes que tu nous as ouvertes.
Je ne suis pas encore totalement rentrée. Même si je suis heureuse d'avoir retrouvé mes enfants…
Je prends un peu de recul pour me préparer à écrire l'article la semaine prochaine, histoire de mettre en valeur au mieux les moments les plus forts.
Ça n'a pas été qu'un simple reportage pour nous.
De mon côté je rentrée encore plus heureuse, plus centrée, plus confiante.
MERCI ! Merci pour ton humour, humeur, bonheur, crieur, chieur, rêveur !
A très bientôt!
LOVE to you also my BIG BROTHER !
S......

MEDICINE MAN - Medicine Man - 2010/06/15
ONG EBANDO - TATAYO - 2010/06/09


UN TEMOIN RECENT ! - Mikoukoué Mamboka - 2010/06/08

Sent: Wed, April 14, 2010 11:05:27 AM
Subject: 7 mois après!


Salut au village de la Sablière, Yo,

Cela fait sept mois que je suis passé à la casserole, mais au feu du bois s’il vous plaît! Ca mérite bien de jeter un œil sous le couvercle pour voir comment a pris la sauce...

Une chose est certaine, ma vision de la vie a radicalement et durablement changé. J’ai eu beau essayer mais j’ai abandonné l’idée de comprendre comment une simple plante et les rites qui l'accompagnent avaient pu entraîner de tels bouleversements. Le « big-bang psycho-cosmique » du soir de l’initiation a clairement ouvert une brèche dans les contreforts de « mon identité ». Etrangement, ce que j’aperçus au travers m’apparut, avec le temps, bien plus fiable, éclatant et immuable que cette croute qui s’y était agglutinée au gré des marées des injonctions, interdits et normes en vigueur.

Le référentiel, essentiellement social, sur lequel je m’étais construit (en réalité camouflé) s’avéra n’être qu’une fibre d’un tout infiniment plus vaste. Le terme « humanilière » devrait exister. Peut-être nous rendrons-nous compte que nous y sommes enfermés? Même la cause environnementale n’a de sens à nos yeux uniquement par son impact sur notre référentiel social. C’est bien dans ce nouveau (pour moi) référentiel infini que l’iboga a sillonné son projecteur de manière méthodique. Si chaque cause est la conséquence d’autres causes, alors remontons cette chaîne pour essayer d’en trouver la source, s’il y en a une. La démarche est souvent douloureuse mais je comprends aujourd’hui les vertus thérapeutiques de la plante dans la mesure où la part des maladies psychosomatiques est, à mes yeux, sous-estimée. Plus intéressant, le bois a tout spécialement mis l’accent sur l’impact de mes choix sur chaque maillon « cause-conséquence ». Aujourd’hui je pense être plus en mesure qu’avant de peser mes choix, aussi "insignifiants" soient-ils, de sorte de donner à cette chaîne la direction réellement souhaitée à très long terme!! Je m’étonne même d’avoir pu, par le passé, faire des choix tellement en contradiction avec ce à quoi j’aspirais réellement, souvent pour des raisons absurdes. A trop vouloir donner du sens à ma vie, j’avais fini par la contraindre à des sous-objectifs et sous-sous-sous-sous-sous-objectifs qui m’ont parfois écarté de sa véritable promesse: le bonheur.

Aujourd’hui, j’assume presque entièrement mes qualités et mes défauts, je suis heureux et ce n’est qu’un début. J’ai moins honte d’aimer et suis moins terrorisé par la responsabilité d’être aimé. Mon bonheur sert la vie. Si j’en ai la jouissance temporaire ce corps n’est qu’un véhicule biologique. L’amour et la connaissance sont les seules choses qui lui survivront. Je n’éprouve quasiment plus l’ennui, à peu près tout peut être source d’émerveillement. De la même façon, je n’ai presque plus ressenti le regret. Mes choix sont fait avec plus de discernement et moins sous influence. Ma compassion s’est faite une nouvelle jeunesse et maintenant que j’ai pu constater à quel point les autres ont eu de l’influence sur moi je suis attentif à celle que je pourrais avoir sur eux. Plus anecdotiquement, je n’ai pas refumé, bu à peine plus d'une dizaine de verres et ambitionne de faire un marathon dans un mois. Dur dur de rendre ces changements compréhensibles aux gens…surtout s’ils m’ont connu avant (certains pensent encore que je m’auto-flagelle à boire de l’eau…).

Encore moins de parler de l’expérience en tant que telle…tu as eu connaissance de l’article du Point. T’en fait pas, venant d’eux et de leur investigation (« rien à voir avec le sorcier traditionnel dont le savoir religieux a été transmis de génération en génération » ou encore « décoction d’iboga » prouve bien qu’ils n’ont aucune idée de quoi ils parlent) c’est presque de la bonne pub . Au JT, ils ont également parlé d’une cérémonie en France avec prise d’iboga qui avait mal tourné. La loi de la réaction s’applique aussi aux idées "nouvelles" et plus elles seront consistantes, plus les oppositions seront résistantes. Je ne te connais pas beaucoup et t’es certainement un "gourou" à ta façon, mais je t’ai offert toute ma confiance pendant une semaine chez toi et les résultats dépassent de loin ce que j’avais espéré. L’esprit du village est aussi là pour témoigner de l’impact positif que tu as sur ton entourage. J’ai eu Robin au téléphone aujourd’hui pour la première fois depuis septembre. Les choses ont été beaucoup moins simples et agréables pour lui mais il aurait décroché de la méthadone.

Le bonjour à Pemba, Etudia, Mbilou, Zingo, Mobengo et ceux dont j’ai oublié les noms (d’ailleurs est-ce que tu pourrais me rappeler les noms de ceux qui ont joué la harpe et le mugongo le soir de mon initiation ?) …particulièrement les fées du village.

Bassé bassé !!
Mikoukoué Mamboka
des BRESILIENS PAS CONTENT DU POINT !!! - tatayo - 2010/06/08

Parole d'un JUGE ET SOCIOLOGUE initié a EBANDO


Bonjour Editeurs de la revue Le Point

Commeje suis lecteur de votre publication électronique, je vous écris pour dire qu’est lamentable le reportage qui a éte réalisé par Messieurs Jean-Michel Decugis et Christophe Labbé dans l’édition du 8 avril 2010 à propos de Hugues Poitevin.

Je considère ce reportage d’une grande irresponsabilité soit par manque de connaissance sur le sujet abordé; soit par le prejugé des opinions exprimées.

Critiquer de cette manière M. Hugues Poitevin et la manifestation neo-chamanique touche vraiment le droit de liberté religieuse qui est prévu dans la plupart des constituitions democratiques du monde entier; même au Brésil, pays dont je suis citoyen.

Toutes les initiations ritualistes ont des risques physiques ou psychologiques et le Bwiti Gabonais n’est pas l’exception. Le Bwiti est guidé pour une personne native ou par un étranger qui est préparé exhaustivement bien avant. Toute personne qui entre dans l'initiation est bien avertie de tous les risques encourus.

Ne sont pas ces risques là, cependant, qui iront êmpecher l’exercice de la liberté de chacun d’assumer les conséquences ou la légitimité d’un rituel religieux qui a toujours intention de guérison.

Même Aux États-Unis, pays célèbre par sa politique anti-drogue et tellement conservateur, a reconnu cette realité. La Cour d’appel américaine a pris la décision sur le cas de Gonzalves V. Le centre Spirituel de Bienfaisant de l’Union Du Végétal (546 U.S 418, 2006) qui a autorisé la consommation d’Ayahuasca et la réalisation des initiations d’une religion associée au neo-chamanisme urbain.

Quelque soit l’activité humaine - inclus pour les laïques strictement scientifiques – elle est soumis à erreurs et incertitudes. Ce qui est inquiétant dans ce reportage c’est la vision insuffisante unilatérale sur ce sujet.

J’espère que votre revue va se rétracter et effectuer un reportage plus sérieux et clair sur M. Hugues Poitevin.


Point et Contrepoint - tatayo - 2010/06/08

1 = L'ARTICLE DU POINT DIFFAMANT TATAYO

Publié le 15/04/2010 N°1960 Le Point

Ces inquiétants nouveaux chamans

Enquête. Alerte sur ces gourous et les drogues qu'ils utilisent.

Jean-Michel Décugis et Christophe Labbé


« C'était un monsieur qui était mal à l'aise et qui cherchait à se purifier. J'ai jugé favorable que l'initiation se déroule dans la forêt vierge. » C'est ainsi que Tatayo, de son vrai nom Hugues Poitevin, évoque devant les policiers français venus l'interroger au Gabon l'initiation tragique de Pascal, un Français célibataire de 37 ans retrouvé mort en décembre 2006 sur une plage de Libreville. Pascal, qui voulait comprendre pourquoi son père s'était suicidé quand il avait 4 ans, faisait partie de ces Français de plus en plus nombreux, et souvent aisés, qui participent à des séminaires chamaniques en Afrique ou en Amérique latine en guise de psychothérapie. Un danger que pointe dans son dernier rapport la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Pascal s'était inscrit sur Internet pour un rituel bwiti. Un culte ancestral aux rites secrets dont l'initiation par un sorcier-guérisseur passe par l'absorption d'iboga, une racine hallucinogène censée favoriser le contact avec les esprits. Problème, comme souvent avec les stages néochamaniques, Pascal est tombé sur un chaman autoproclamé qui facture ses services plus de 1 000 euros. Rien à voir avec le sorcier traditionnel dont le savoir religieux et médicinal a été transmis de génération en génération.
Le 16 décembre 2006, à la nuit tombée, Pascal commence son initiation en compagnie de trois autres Français. Après avoir avalé des feuilles de mukuisa, un puissant vomitif, et avoir effectué des lavements d'eau de mer bouillie, il ingurgite une décoction d'iboga. En tout, 16 cuillerées à café. A 3 heures du matin, Pascal est pris de convulsions puis est déposé, inconscient, sous sa tente. On connaît la suite. Le 19 mars, après trois ans d'instruction, le tribunal de Bobigny a conclu à un non-lieu. Une décision incompréhensible pour la famille, d'autant que Tatayo continue d'attirer le chaland sur Internet comme si de rien n'était.
« Il y a eu de tels manques dans l'enquête qu'on s'interroge sur les protections qui ont pu exister », explique au Point le beau-père de Pascal, ancien commissaire de police, qui, avec son épouse, vient de porter l'affaire en cassation. Il faut dire qu'au Gabon l'iboga est une plante sacrée, classée patrimoine national.
Paradoxalement, c'est le décès de Pascal qui a poussé la France à estampiller en 2007 l 'iboga comme stupéfiant. Depuis, les soirées clandestines se multiplient sur le territoire. Une centaine de chamans et leurs assistants séviraient actuellement. En plus de la « psychothérapie », l'iboga est présenté comme un moyen de décrocher des drogues dures. Les clients sont recrutés sur Internet mais aussi par prospectus dans certains magasins bio et par petites annonces proposant de découvrir les danses et les chants pygmées.
Ateliers « pygmées ». Le Point a ainsi déniché un stage à 480 euros pour la fête du 1er Mai dans les Hautes-Pyrénées. En 2009, trois dérapages graves ont été signalés à la Miviludes , qui a saisi la justice. Récemment encore, alors même qu'il était mis en examen pour « exercice illégal de la pharmacie et de la médecine » après le décès d'un toxicomane lors d'un stage en Ardèche, un chaman gabonais continuait d'animer dans une ferme près de Poitiers de drôles d'ateliers « pygmées ». « J'ignore ce qui se passait chez lui. Mais il avait organisé pour le 14 Juillet un spectacle de danse pygmée qui avait enthousiasmé le village, raconte Jacqueline Artus, maire de Lhommaizé. Parfois, il y avait beaucoup de voitures de départements voisins. Les gendarmes m'avaient dit avoir trouvé des gens égarés sur la route après des soirées. » Contacté par Le Point, l'avocat du chaman Mallendi, Me Thierry Lévy, explique que son client est « reparti gagner sa vie au Gabon »

===============================================


2 = LA REPONSE PAR TATAYO

POUR CONFONDRE LES MENSONGES DE L ARTICLE PAGE 72 du POINT n 1960 du 8 AVRIL 2010

Hugues POITEVIN, né en France en 1950

Fréquente les communautés IBOGA et BWITISTES DEPUIS 1976
Initié en EN 1979 a L OMBWIRI FANG par Mr NGUEMA MBA NDONG où les Vieux l'appellent dès lors affectueusement OBIANG ONDO !
Devenu initiateur potentiel en 1999 à ce meme rite et initiateur reel en 2005.
N'est pas initiateur au MISSOKO NGONDE meme si initié à ce rite depuis 1994.

CES CONNAISSANCES SE TRANSMETTENT d'HOMME à HOMMES et d'Esprit à Homme dans les communautés villageoises.

Devient citoyen Gabonais au nom de Hugues OBIANG POITEVIN en 2005 soit 5 ans après sa demande.
Dûment enregistré à l'ANTG : association nationale des tradipraticiens gabonais depuis 2000.
1000 euros pour 3 semaines au GABON logé nourri, c'est cadeau....
Nourrir le village. + 11 enfants à l école....

On ne donne pas les feuilles de MUKUISSA mais le jus des tiges....
PAS DE LAVEMENTS à l'eau de mer....même bouillie....

Jamais Pascal n'a convulsé NI été inconscient.

La suite c'est qu'il s'est baigné dans la mer vers 6 H 30 du matin en passant normalement devant nos enfants témoins et que son coeur malformé (selon l'autopsie faite en france) l'aurait alors laché.
IL NE S'EST DONC PAS NOYE ET ON l'a retrouvé flottant au bord 3/4 d'heure plus tard....

Le site INTERNET de notre asso www.ebando.org est la preuve même que je n'attire pas le chaland et que je ne recrute aucun client !

Je compatis totalement et tres sincèrement à la douleur de sa Maman.
Je pardonne difficilement à ces 2 journalistes de n'avoir vérifié aucune de ces informations sans doute données par la famille du défunt ?
D'autant plus qu'un jugement à été rendu à ce propos apres 3 ans d'instruction très sérieuse par un tribunal impartial.

Ma seule protection étant la vérité et mes actes au Gabon depuis que j'y suis arrivé en 1971.

Yo.
==================================================================================================

Emission TELEVISION RTG 1 - Agora - tatayo - 2010/06/08
Salut Tatayo - Ngenga Robin - 2010/01/25


Salut Tatayo,
hello happy new year

Je te souhaite une bonne et heureuse année, à toi et tout les gens d'Ebando.

Moi je commence à peine à aller mieux, après être revenu du Gabon j'ai beaucoup déprimé et j'ai fait quelques rechutes lors de soirées avec les drogues. mais depuis le jour de l'an j'ai décidé d'arrêter tout çà et faire de mon mieux pour retrouver le moral, mais c'est pas facile. une chose est sure, l'initiation m'a permis de voir plus clair en moi et je regrette de ne pas l'avoir fait 10ans auparavant pour éviter pas mal d'erreurs maintenant je me connais mieux, mais j'ai encore du mal à m'accepter et beaucoup de temps à rattraper... Bref le travail n'est pas encore fini!

Sinon j'espère que vous allez tous bien à la Sablière et que çà marche pour vous, tu fais un Sacré travail Tatayo.. Respect!!!

Bokayé
Ngenga Robin

FUSIONALOVE ceremony - JeanClaireNaomi - 2009/11/18

Quel plaisir d'avoir de vos nouvelles ! j'espere pouvoir nous payer un voyage au Gabon prochainement.....En attendant si tu me donnes une adresse postale je t'envoie un disque que nous avons enregistre et qui s'appelle Bokaye! tu peux aussi aller sur myspace.com/dharmas2 , il y a des fotos de notre show et quelques chansons.Je joint aussi des fotos des harpes que je fabrique. ma rencontre avec l'iboga a change ma vie et je ne vous remercierais jamais assez. ABORA !!! saludos y abrazos a todos !! JeanClaireNaomi
NOUVELLES MISES A JOUR/EVENEMENTS RECENTS/PHOTOS/MEDIA DU GABON ! - !!~*LE BWITI*~!! - 2009/11/2

SALUTATIONS à TOUS ! Jetez un OEIL sur l' evolution recente de la communication evenementielle villageoise !


http://www.nyundu.com

Photos O2/08
http://picasaweb.google.com/carolinepiers/InitiationAuGabon#

IBOGA/IN film doc "I''m dangerous with LOVE !" just made by :
http://www.michelnegroponte.com/idwl01.html

They Came from L . A to make a doc. they did a few photos too:
http://bazaboom.com/Gabon.html

amerwekan bwete :
http://gallery.me.com/robert.payne#100090

GABO/PYGMY/AMERLIKAN BWETE videos:
http://www.youtube.com/view_play_list?p=D3DF32BBC16D2172

This is just the first batch of videos posted on youtube. Great recordings!
Tatayo, I'm sure you'll want to share these. Make Mambwiti Famous! Basse!
Bovenga
http://www.youtube.com/user/8SacredRoot8#play/user/3EA6068BCAA562F1

BWEKAYE PHOTOS !
http://gallery.me.com/robert.payne#100074
http://www.xavier-bourgois.book.fr/gal-18-1.htm



UN MOIS APRES SON INITIATION IN GABON ! - Mikoukoue Ma mboka - 2009/10/31


"Salut Ebando, Yo,

Juste un petit coucou de Ch…. pour vous dire qu il ne s ecoule pas une journee sans que je repense a ce court sejour a la Sabliere.

J en ai meme le loisir durant les tres nombreuses heures de transport que je dois emprunter dans ce vaste territoire.

J ai beau tourner ca dans tous les sens, je ne comprends pas davantage ce qu il s est passe pas mais j ai effectivement l impression d etre plus a l ecoute de mon corps et plus en phase avec mon ame (cette derniere est toute nouvelle dans ma sphere de connaissance et je la trouve magnifique...en fait c est pas si mal le narcissisme, en tout cas c est toujours mieux que l automutilation!). J ai aussi percu certaines des raisons qui ont fait que je me suis construis de cette facon et non d une autre, c est exactement tel que tu me l a decris avant l initiation: le bois est comme une petite voix (voie) qui aide a faire le tri sur ce qui est bon pour soi et sur ce qu il ne l est pas. Il est certain que l on se sent touche par une force positive qui depasse tres nettement l intellect de l espece humaine.

Ma frustration de ne pas me souvenir de grand chose a fait germer, voila une semaine et alors que je squattais chez nos amis tibetains, une idee peut etre absurde mais pour laquelle ton avis est crucial Tatayo. Y a-t-il des precedents ou des contres-indications a faire une regression sous hypnose pour se rememorer ce qu il s est passe? Qu en penses-tu aussi bien au niveau des rites bwiti qu au niveau "scientifique"? Ton ami dont j ai oublie le nom (un autre nganga blanc, presque chauve, qui etait la le jour de mon initiation et qui semblait a coeur de vouloir m aider a en tirer le meilleur) a l air de reflechir a ce genre de question, qu en penserait-il?

Par ailleurs, j ai perdu le contact mail du frangin banzi, R…. J aurais bien aime savoir comment il se portait. Est ce que vous auriez ca quelquepart? Et celui de Justin tant qu on y est...

Si vous avez besoin de quoique ce soit de facilement envoyable, j ai "tout-pas-cher" d ici et j y suis encore pour un mois.

Merci a tous ceux qui etaient presents, cette experience est sans doute la plus marquante que j ai pu vivre et je ne peux m empecher d en parler a ceux qui veulent (peuvent) bien l entendre, je ne sais pas si c est tres en accord avec les rites. Un jour j espere avoir l occasion d aider quelqu un en lui suggerant cette voie (voix).


Mikoukoue Ma mboka

PS: parmi les signes les plus visibles, apres avoir essayer serieusement une 10aine de fois j ai l impression d en avoir fini pour de bon avec la cigarette, je n ai pas refumer de joint depuis ce qui me fait rever de nouveau la nuit, j ai realise que je n aimais pas l alcool et que les legumes n etaient pas la que pour accompagner les viandes...ma famille risque de me poser des questions au repas de Noel ."


Plus besoin de me guérir - NDENDENDE (La Libellule) - 2008/12/22


Bonjour mon Papayo!!

Je tiens à te dire que je pense toujours autant a vous et que je poursuis mon petit bonhomme de chemin... c'est fou tout ce qu'ils nous arrive..

On pars en retraite en fevrier dans un coin qui nous est cher, l'A..... Fini boulot, fric, projet pro etc, juste la quête de soi.. la nature, l'eau le ciel et nous...

Tu peux pas imaginer comme ça me réjouit!! enfin peinard.. dans une cambrousse bien d'ici!!

Je continue à ressentir ce que le Bois à fait pour moi!! c'est tellement bon se sentir soi !!

Je rêve encore beaucoup ... C'est le pied.. une vie le jour, une vie la nuit.. la même recherche qui se poursuit... J'aime ma vie comme jamais...

Plus besoin de me guérir, je n'ai plus de rancune, de tristesse de mal être en moi je veux ... comprendre, voir et aimer ,et jouir de tout ça c'est plus beau que tout.. Je ne suis plus une enfant blessée, mais une femme épanouie.

Voilà je t'embrasse mon Papayo et je ne peux qu'envoyer de l'Amour au village.

Bisou bisou bisou
La libellule qui peut enfin s'envoler ....
GABON - !!~*LE BWITI*~!! - 2008/11/26


MUSIC & Film .... GABON TRADITIONS

CD: GABON PEOPLE

Side B Track (7): Minvoul; Track (2): Ikobe II; Track (18): Mongongo Publisher/record label: Flatworldmusic@mac.com

FILM ... Josh Ponte. The film recorded in Gabon is now being edited in ...”THE LAST DANCE” 47 minutes from 100 hours of Filming !!!
Gabon Magazine: Alive With The Sounds of Music


Amour a toi Tatayo - stephenjourdain - 2008/11/25


Amour a toi Tatayo,

le Banzi il travaille dure la dedans, chez les teutons toujours. Il pense aussi a revoir les honnetes Bwiti d Afrique.

Une idee qui cours dans les herbes des pres.

Regardes donc ce merveilleux bijou, issue d un coeur d enfant:

http://www.stephenjourdain.com/

Nous sommes les enfants de Dieu, qui comprennent pas ce qui leur arrivent, pourquoi vieillir, pourquoi tant de mal, est ce vraiment fatalement ainsi. Le coeur de l enfant enmure dans la durete, parce qu il a oublie, la tendresse et le joie qu il avait envie de partager, l insouciance d Etre, la legerete. En se protegeant, il s est durci, et ensuite l oublie qu il etait un enfant, au point de meme plus y croire,

rampant dans vie une vie sans sens, fragmentee, issue de la douleur, fabriquant un Autre. Nous, les enfants de Dieu, benis de la nature, devenu esclave.

Lumiere a toi Tatayo, et soit Beni dans ton bon travail,

Nungu

Bois sacré - NYUNDU YINA - 2008/11/25


Bwekayé !

ELYAN initié au BOIS SACRé par ONG NATURE/CULTURE EBANDO en MARS 2006.... .....DEVENU NYUNDU YINA......IL OEUVRE !

Voici une partie de son texte:

http://www.nyundu.com

"Etablir un rapport nouveau avec soi-même et le monde. Voyager autrement, dans les plis de nouvelles dimensions inexplorées. Regarder ce que je vois, écouter ce que j'entends. Activer une sensibilité dormante pour s’introduire de nouveau dans l’espace–temps. Se frotter encore aux parois du vivant et renaître, devenir neuf, même si cela est impossible, le faire pourtant...

Spiritualiser la matière vivante que je suis...

Tapis aux pieds des grands arbres de la forêt primitive, en terre africaine, au Gabon, vit un Être exceptionnel, un arbuste endémique, du nom d’Iboga. Sur ce sol alchimique cette plante puise par les racines une potion d’une complexité unique. Sur son sol sacré où d’autres arbres tirent simplement leur sève, l’arbuste Iboga distille en ses veines végétales le nectar vermeil des origines : en lui circulent douze alcaloïdes, douze esprits, douze puissances symboliques, initiatiques et créatrices. Depuis des milliers d’années, peut-être depuis plus de quarante mille ans, l’homme entretient avec cet Être végétal un rapport mystique.

A l’aube de l’humanité, immergé dans l’enfer vert du règne végétal tout puissant, à la fois nourricier, inquiétant et plein de dangers, l’homme primordial recevait les enseignements de la survie parmi les plantes par les plantes : les hommes, depuis la nuit des temps mangent l’écorce de la racine d’Iboga pour en recevoir sa sagesse... L’homme futile, le lâche besogneux moderne aura beau jeu de se croire autorisé à mépriser cette relation de l’humain et du végétal et continuera à boire son café et à fumer son tabac à longueur de journée pour supporter le rythme imbécile que lui fait vivre la jungle urbaine... Le règne végétal habite Gaïa depuis plus de huit cent millions d’années, quand homo sapiens sapiens est apparu il y a 'tout juste' cent mille ans. Comment ne pas convenir qu’il est obligatoire pour le petit être fraîchement extirpé de la classe des mammifères de puiser une source d’enseignement auprès de la plus grande Sagesse Vivante qu’est la forme végétale de la Conscience ?...

Sapiens sapiens mange le Bois Sacré.

Introduire en soi la chair de cet arbre mystique c’est se faire envahir littéralement par une puissance d’une force inouïe mais aussi d’une grande bienveillance. C’est d’abord sa force qui me prend, comme pour 'forcer au respect' : hallucinations brutales peu de temps après l’ingestion ; les sens sont totalement déréglés : l’ouïe brouillée, la vue effacée, remplacée par des images plaquées, le toucher disséqué et le mental, encore intact, assiste à tout cela paniqué et impuissant ; la peur me saisit... Aux hallucinations se superposent les rêves éveillés sur plusieurs plans et dans toutes les dimensions : profondeur, hauteur, largeur. L’ouïe devient hypersensible : ce qui est loin s’entend près, chaque son est perçu séparément, le cerveau capte tous les sons et les analyse un par un tous à la fois. Tout est déformé, la pesanteur contrariée, je suis sans dessus dessous : premier train de sensations...

Ce n'est pas tout, le voyage commence à peine :à la fin de la première heure le sorcier végétal renforce encore son pouvoir : il fait pousser en moi ses propres racines qu’il enfonce au plus profond de mon être. Je hurle mais aucun son ne sort, je suis seul face à lui qui me possède toujours plus profondément. Le processus est en marche, un processus vieux de quarante mille ans et ce n’est pas moi qui vais le troubler : Iboga en a vu d’autres...

Douleurs d'arrachements au niveau du sternum, le parcours initiatique du guérisseur s’amorce. S’ensuit des heures de vomissements accompagnés de spasmes douloureux qui commencent au niveau du plexus pour se terminer en dessous de l’estomac : douze spasmes, douze vomissements, douze alcaloïdes, douze heures d’initiations. Pendant toute la durée du processus le père initiateur accompagné des autres ngangas* protègent l’initié : ils le protègent durant son voyage intérieur, allument les torches, chantent, dansent, agitent les cloches et les esprits de la forêt, invoquent les ancêtres, soufflent de la fumée, jouent de la harpe ou de l’arc en bouche. Tout est mis en œuvre pour aider le Buisson Ardent à faire son œuvre en l’Homme nouveau qui doit naître de cette Rencontre.

Le Bois pénètre en l’homme jusqu’à l’inconscience, jusqu’à ce que s’éveille en lui la Relation Nouvelle car dans la suite du processus c’est un rapport d’une profondeur inconnue jusqu’alors qui s’installe...

*nganga : soUrcier africain du bwiti**.

**bwiti : culte de l’Iboga.

... mais revenons un peu en arrière ...

Qu’est-ce qui peut bien motiver l’homme et la femme modernes à se plonger ainsi dans une aventure psychédélique traditionnelle chamaniste ? Quelle sorte de bizarrerie passe dans la tête de ces candidats à la crampe d’estomac carabinée, à l’acte absurde de la délocalisation gastrique, à l’oublie des ‘valeurs fondamentales’ de l’occident scientifique, à la fuite de l’atomisme ambiant. Pourquoi ne pas s’émouvoir encore mécaniquement de notre chère médecine allopathique pour soigner nos dépressions et ir continuando à lui donner tout notre crédit ? Pourquoi ne pas rester tranquillement le cul sur le sofa à siroter une de ces émissions spécialement conçue pour tordre notre sens critique ? Pourquoi ne pas composer le 0 800 et se livrer pour 3 euros 50 à une de ces pratiques létale du vote du 'plus con qu’eux qui pète et qui rote avec des gros nichons' ? Plutôt que de dépenser deux mille euros et des brouettes pour aller se faire torcher les sens par des 'imitations de pygmées', pourquoi ne pas rester l’esclave d’une société moderne qui fait de nous de braves soldats de l’économie ‘crôassante’ ? Que peuvent bien nous apprendre après tout ces pauvres africains retranchés dans leurs tribus : continuons de profiter du pillage de leur terre, leurs arbres, leurs vies, j’ai besoin d'acier pour ma bagnole, de papier pour mes chiottes et d’esclaves pour justifier la bonté de la nation de l’effacement de la dette-sans arrière-pensée.

Car c’est là que tout commence, si je puis dire... Une sorte de révolte à lieu en celui ou celle qui d’un coup réalise que quelque chose d’autre est possible, quelque chose de fort, quelque chose de dur mais quelque chose de Vrai : un acte de bravoure humble, une force pressentie en soi de la Verticalité contre l’horizontalité des circuits administratifs abrutissants.

Vous voulez prendre le risque d’aller dans une sorte de zone de non droit, où la violence et la pauvreté est la règle, où les pires maladies s’attrapent par simple piqûre de moustique, où vos modestes biens ridicules chez vous vous transforme en une sorte de proie fragile que seule la peur du gendarme protège (pas à coup sûr) ? Vraiment vous voulez braver tous les dangers que votre chère société occidentale s’est évertuée à éradiquer pour votre plus grand confort et afin d’alimenter ‘éternellement’ (c’est-à-dire jusqu’à ce que mort s’en suive) votre dieu ‘auto-tranquilisateur’ ? Je ne peux pas vous donner raison et encore moins vous encourager dans votre démarche, c’est trop de risques que vous prenez. Allons... avec un bon dossier rapidement ficelé sur internet Sofinco se propose de changer votre ‘vie’ et de vous prêter quatre mille euros pour que vous dégotiez chez IKEA le meuble qui vous définira le mieux en tant que personne, autrement dit ‘quelqu’un’, c'est-à-dire ‘tout le monde’, un truc banal, merdique, dramatiquement vain... déjà mort. Comment... ? Vous voulez vous intéresser à ces types qui prétendent dans leur pinède équatoriale vous faire planer à coût de magic mushroom bidons ?

Voilà à peu près ce que l’on pourrait dire pour persuader quiconque à dans l’idée de se rendre au Gabon pour rencontrer les hommes et les femmes de la forêt équatoriale primitive. Je suis le plus mal placé pour me faire l’avocat du diable car le voyage je l’ai fait, j’ai fait les ‘deux’ voyages : le voyage jusqu’au pays du Bois et le voyage ‘dans le Bois’. Une fois que l’on a bien insisté sur le danger d’une telle démarche, sur ce que ça peut avoir d’absolument insensé pour nos ‘proches’, nos ‘amis’, nos ‘voisins’ -enfin tous ceux qui ne sont pas nous- parlons des choses sérieuses : ce n’est pas une ‘petite affaire’ que de se tirer du sommeil profond dans lequel nous entretien la ‘vie moderne’ pour aller risquer sa peau (et sachez que vous la risquez vraiment) dans une aventure fantaisiste du point de vue de la bien ‘pensance’, car non rentable économiquement et invendable sur tf1. Je retourne en moi-même et je cherche ce qui peut bien se passer dans la tête d’un quidam pour aller prendre de tels risques : l’envie de vivre, tout simplement. Il faut se remémorer l’histoire de ce type qui va chez le médecin et lui dit : doc, je ne bois pas, je ne fume pas, je dors assez pour ne pas fatiguer mon corps, ma sexualité est calculée au millimètre pour ne pas fatiguer mon cœur, est-ce que vous croyez que je vais vivre longtemps ? Et le médecin de lui répondre : je ne sais pas si vous allez vivre longtemps, mais la vie va vous paraître longue...

Joshua, Mozart, Rimbaud ou Jeanne Calmant, à vous de choisir la vie qui va avec... La plupart tenteront dans la longueur ce qu’ils n’ont pas réussi dans l’intensité, loi de la qualité contre loi de la quantité : le monde subtil contre le monde grossier. Une forme de lutte en soi du ‘bien’ et du ‘mal’...

Lire la suite ? Vous en êtes certain ?...http://www.psychagogie.com/accueil_005.htm Lien vers association EBANDO pour en savoir plus sur les initiations. www.ibogabon.org

pas d'alcool depuis 9 mois - David - 2008-08-29

Bokayé Papa, vous êtes dans mon coeur et dans mes pensées. J'ai parlé à Katy au téléphone il y a deux jours. Je voulais lui annoncer et à toi aussi que je suis clean de chez clean (pas d'alcool depuis 9 mois et pas de médicaments depuis 91 jours) Après trente ans de défonce ça fait du bien et le processus s'est mis en place à la Sablière. Une renaissance en quelques sortes David
un grand merci - EPANDO PANDO - 2008-07-01

Ah que c'était cruel de partir!!!!!!!! j'ai ressenti un réel pincement au coeur en vous quittant et mon seul réconfort était la certitude que je reviendrai un jour. Ce voyage a changé ma vie, je suis une nouvelle personne à présent et je sais que plus rien ne peut venir troubler la paix que j'ai trouvédans mon coeur. Je suis désormais prête à vivre et réaliser mes projets, à apprécier chaque moment. Cette expérience m'a permis de pardonner à ma famille tout le mal qu'elle m'a fait. et tout l'amour que j'ai reçu durant mon séjour vaut bien 24 années ou j'attendais les signes de tendresse de ma famille. je sais à présent que ma nouvelle famille c'est vous!!! Alors encore un grand merci à chacun d'entre vous. Sachez que je serai ravi de vous accueillir si vous passez par ici!! énorme bisou EPANDO PANDO !
le calme intérieur - Arno - 2008-06-25

yo tatayo déja presque 10jours en france et le temps me semble une nouvelle fois qu une barque fragile.... j ai l impression d être ici depuis toujours et en même temps j ai l impression d etre resté des années en afrique conclusion.. ... autant s attacher au présent, le reste n est vraiment en rien gouvernable. .. donc une bonne arrivée, malgré le dos qui continue de me parler dans une langue que je ne connais pas.... il fait beau et je bosse depuis hier a montreuil comme bar man dans mon ancien bar, les proprios me logent au dessus, et donc c est super de pouvoir concilier amis, boulo et argent.... je garde un bon souvenir de mon passage chez toi mais j attend encore un peu avant d en parler, et puis les cybers cafe ne m inspirent pas... juste une chose, lorsque je respire d une certaine maniere, je retrouve en une seule breath, le calme intérieur que j avais pu connaitre chez toi j en suis content.... on en reparlera... .enfin moi des bises a tout le monde et surtout a papa Lucie et mama Andre..... je ne les oublie pâs et je leur envoie bientot carte et photos Arno...mukuku na pindi
ma profonde gratitude - MOHISSI NA MABOUNZA - 2008-03-04

MaMISOBA Je tiens à vous exprimer ma profonde gratitude pour l’AMOUR, l’ATTENTION et le regard que vous m’apportez depuis mon Arrivée au Gabon. Et particulierement pendant l’ INITIATION… JE ne me rappelle pas avoir jamais été entouré d’autant d’affection, de soins et d’AMOUR par une AUSSI GRANDE ET BELLE FAMILLE. Je suis arrivé à vous les mains vides et vous m’avez accueilli à CŒUR OUVERT ! MERCI DU FOND DU CŒUR à TOUS ! MERCI à TATAYO ! MERCI à PAPA ANDRé et MAMAN LUCIE MERCI à OLGA et MODIPé MERCI à toute l’equipe de MAMISOBA….PEMBA…MBILOU….CONSTANTINE…ETUDIA !!! L’AMOUR TRIOMPHE DE TOUT….. BOKAYE ! BOKAYE ! BOKAYE !! MOHISSI NA MABOUNZA !
Questions-réponses - Sophie - 2008-03-28

Bonjour, Je m'appelle Sophie, j'ai 26 ans. J'ai contacté, il y a quelques temps Tatayo afin d'avoir plus d'informations sur le déroulement des initiations au Gabon. Tatayo m'a transmis vos emails afin que je puisse vous contacter pour avoir quelques renseignements. J'ai pris une première fois de l'iboga à un séminaire avec M…. L'expérience a été difficile, mais j'ai ressenti des bienfaits immédiatement après le séminaire. Aujourd'hui je souhaite participer de nouveau à ce genre de séminaire. L'iboga étant interdite en France, la seule possibilité pour moi est de partir au Gabon. Néanmoins, j'ai quelques appréhensions. La première : les ngangas gabonais adaptent ils la dose d'iboga en fonction de l'initié ? Je dirai c'est chacun sa dose. Lors de la première prise j'en ai pris 7, les deux filles qui étaient avec moi sont allées jusqu'à 13 ou 14… Avec M….., j'ai à peine réussi à avaler 5 cuillères. C'est celon ce dont tu as besoin pour atteindre la lumière… ni plus ni moins et généralement la plante te dit, t'invite à en prendre plus… La deuxième : la différence de culture a-t-elle été un problème lors de l'initiation ? Non parce que nous avons été encadré par Tatayo qui est français puis Gabonais, avec un vieux couple Gabonais pour les grands-parents d'initiation, deux mamans gabonaises pour s'occuper de nous et une marraine slave(voisine de Tatayo), donc cela a fait un beau mélange culturel où il ne subsiste que l'essentiel, amour et compréhension… C'est la plante qui travaille, ce qu'il y a autour est là pour soutenir ce travail, est au service. Nous avons eu beaucoup de chance, la possibilité d'avoir un peu de confort, ce qui n'est pas le cas dans les initiations typiquement traditionnelles. J'y vais principalement dans un but thérapeutique, thérapeutique de l'âme et non « médicale ». La plante te donnera sur que tu es profondément venu chercher… encore que, il est fort probable que c'est elle qui t'appelle. Pour moi il me semble aujourd'hui pour que tout s'organise pour que j'aille trouver mes réponses au Gabon et ceci depuis 20 ans. J'avais 13 ans quand j'ai pour la première fois remis en question en profondeur l'univers. Il m'a répondu en janvier dernier, 20 après. L'initiation en elle-même dure combien de temps ? "en elle-même" qu'est ce que cela veut dire? Combien de temps tu prends de l'iboga? Généralement on commence en fin d'après-midi avant la tombée de la nuit…. Tu prends le bois sacré pendant plusieurs heures à un rythme qui te permet de voyager, jusqu'à ce que tu atteignes la lumière ou bien quand tu décides d'arrêter… le voyage continu jusqu'au petit matin… puis vous prenez plusieurs jours de repos (2, 3) en fonction de vos besoins… si le premier voyage n'a pas été complet, il est possible de recommencer une deuxième nuit… encore 2 ou 3 jours pour se reposer et enfin il y a la nuit de sortie ou on prend une petite quantité d'iboga l'équivalent de 1 à 3 cuillères… mais on a pas besoin de plus… et on danse et on chante toute la nuit jusqu'au lendemain. Mais je dirais que l'initiation commence je jour ou tu prends la décision de le faire et que tu achètes ton billet d'avion… Il ne s'est rien passé pendant les 3 premiers jours sur place, mais je dis rien, c'est rien… et c'était indispensable pour moi pour couper avec le rythme fou dans lequel j'étais avant de partir… pour que je puis accueillir ce temps pour l'initiation. Quel Nganga vous a initié ? Tatayo, j'aurais aimé qu'il soit plus présent, il le sait. Ce mélange des rites (Tsogo, Pigmée, Fang) pour notre initiation était une première fois et il était donc très préoccupé que tout se passe bien. Je ne voudrais pas d'autre aujourd'hui. Il est essentiel d'être en confiance. Comment avez-vous vécu votre initiation ? C'est difficilement descriptible, je n'ai jamais été autant entourée d'amour, c'est extraordinaire. La plante est un ami, j'avais tellement peur que le premier soir je n'ai pas pu atteindre la lumière et je n'arrivais pas à écouter ce que le bois essayais de me dire ("n'aies pas peur, je suis là pour t'aider, pour te faire du bien, ressens ce que te dis ton corps, écoutes comme il se détend, il est en confiance, laches, laisses toi aller") et j'ai demandé de l'aide avant le début de la deuxième soirée, ne plus avoir peur. Et le deuxième voyage a été fabuleux… Vous a-t-elle été bénéfique? Elle ne règle pas tout mais fait un "sacré ménage"; les gens me trouvent transformée, la même mais différente, épanouie… Une dernière petite question pratique : quelles sont les conditions d'hébergement ? J'ai été hébergée dans une maison , et toutes les personnes étaient vraiment très gentilless. Il est possible d'apporter sa tente et de se mettre dans le jardin, ou d'être en dortoir. Nous partageons la salle de bain et les toilettes. Pour la cuisine, il y a une ou plusieurs personnes qui cuisinent / pour les courses on s'organise "comme à la maison". Je te souhaite beaucoup de bonheur… Voilà. Merci pour vos réponses. Sophie
de la part d'un homme de 50 ans fraîchement initié - MANI -

Yo, si ça te convient tu peux faire suivre… …..de la part d'un homme de 50 ans fraîchement initi酅et dont je donnerai le contact à ki me montrera patte neutre… Bonjour, Le Vieux m' a transmis votre courriel. Aussi je vous propose mon point de vue à travers mon vécu. La prise de l'iboga est je pense une expérience physico-psycho- hallucinatoire intense souvent libératrice, certains diront même sacré, mais c'est peut être une confusion des genres. La prise de l'iboga est aussi, dans son contexte culturel, intimement lié à une religion africaine aux multiples facettes : le bwiti. Et si, à mon avis, on peut faire l'un sans l'autre, c'est se priver d'un savoir faire traditionnel. En tout cas attention aux charlatans qui sont légions, et certains en sont décédés Tatayo, personnage haut en couleur, voire complexe, présente, à mon avis, l'expérience et les qualités requises. Sinon Pas de pré requis nécessaire si le père initiateur est compétent et intègre (sinon risque important de manipulation et/ou déstabilisation psychoémotionnel) . • Juste bien cerner, dans la plus grande transparence et avec son aide, les raisons de votre demande (sinon risque important de manipulation et/ou déstabilisation psychoémotionnel) ; • TATAYO demande 3 semaines de disponibilité , mais optez pour un billet modulable, car c'est beaucoup et peu à la fois ; • Ses services sont facturés 2500 € tout frais compris, mais à mon avis une rallonge de 200-300 € est la bienvenue (+ le prix du billet d'avion) ; • En France, l'iboga est considéré comme un stupéfiant et donc interdit (un bwitiste gabonais a été emprisonné en janvier 2007…) • J'ai entendu dire qu'en Hollande, il était possible de trouver des initiations à l'iboga sans en savoir plus En espérant que ces quelques informations peuvent vous être utiles Ph. F. aka MANI
une limitation a été dépassée - MANI -

Très cher Tatayo, yo, J'espère que tout va bien pour toi. Pour moi, ma petite vie a repris son cours, mais ce n'est plus tout à fait pareil : quelque chose a changé. De façon subjective, je te dirais qu'une limitation a été dépassée, mon comportement s'est modifié et il semblerait que je me rapproche de ce que j'aimerais être. Mais surtout, ce sentiment d'être en paix avec moi même, c'est extraordinaire, je fais même des pauses dans ma journée, juste pour profiter de cet état... trop bon... trop plein...trop serein... immense... Alors, pour les dieux et l'univers je verrais après. Encore un grand merci à toi et à ton équipe, un coucou à papa André et à sa femme et aussi à Bitsaka. Salut aussi le pygmée new-yorkais de ma part SVP . MANI
BASE, BASE, BASE - Nzegho na matodi -

TATAYO ! Ah! Un an déjà...Un an et que de chemin parcouru pendant et après… BASE, BASE, BASE le trois de rigueur. C'est moins lourd que trois ceintures et c'est donc meilleur pour le cœur. Merci à l'HOMME qui m'a initié, celui qui parle haut et fort, celui qui VIT, qui irradie lorsqu'il sourit et lorsqu'il rit. Merci à toi. Merci au GUIDE, à celui qui aime le Gabon pour le Gabon et Les Gabonais pour les Gabonais. Merci à KTY, une femme merveilleuse, pleine de courage et d'expérience.Merci pour tout, Merci pour ce que tu m'as appris. Merci à vos enfants pour tout ce qu'ils ont fait, tout ce qu'ils ont dit: Noé, Arthur, Claire, enfants de vos parents, du Gabon et du bois.Que d'attention et d'expérience face au banzi. Merci à tout les Ngangas d'Ebando: Mbilou,Dibenga ,Pemba et ses enfants, Lumière, Eric ainsi qu'aux deux Ngangas qui étaient là pour la deuxième cérémonie. Vos paroles,vos conseils…Tout est là et continue à porter ces fruits. Talentueux et formidables Ngangas du mystique Gabon ! Merci à Papa André et à sa femme…Ce genre de personne rares qui parlent peu pour en dire long ! Rencontre paisible comme une plage déserte ou la mer va et vient… J'ai hâte de tous vous revoir ! Merci à tous les autres dont les actes et paroles en ces moments magiques avaient leur importance et leur signification. Merci au Gabon et aux Gabonais qui détiennent cet immense richesse spirituelle et humaine qu'est LE BWITI, qu'on m'entende et que le Bwiti éclaire les hommes, élève les hommes encore très longtemps. Merci aux très grands hommes de la forêt, aux ancêtres, aux esprits. *** Un blanc qui doit énormément à l'homme noir, qui possède encore la véritable richesse de ce monde. Un blanc et noir Nzegho na matodi Je vous aime
j'ai compris beaucoup de choses - Aniepa -

Yo Papa, Après plus de trois mois de réflexions et de méditations, j'ai compris beaucoup de choses sur l'origine de mes problèmes. Constat douloureux et pourtant libérateur - mes pieds en gardent encore les cicatrices - mes parents me pourrissent et me gaspillent depuis presque 20ans…Là réside la cause première de tout le reste de mes problèmes. Je crois que leur bêtise, leur éducation franchouillarde m'ont étouffé, et que ma dépression était un appel au secours de mon vrai moi, lumière emprisonnée depuis l'âge de 7ans, selon ma mère elle-même… Je reniais mes rêves, mon identité spirituelle, ma vocation ( à 8ans, je voulais être guérisseur, tu vois…) ; je me suis oublié, interdit la vie, la liberté, l'amour ; et le Bois, le corps de Christ, m'a SAUVE. BASI!!! Mes cauchemards, mes angoisses, des dons non assumés et endormis… Comme je te l'ai dit dans un précédent message,la semaine dernière, j'ai pris 1,5g d'Ibogaïne ; j'ai retrouvé mes visions oubliées, compris de nouvelles choses, vues de nouvelles, et surtout, j'ai VU qui j'étais vraiment, et tout le travail accompli par le Bois depuis mon initiation. Je sais maintenant que je dois continuer mon chemin initiatique pour devenir Nganga, vivre cette Lumière que j'ai vu en moi. Itsamanghe est intéressé par mon projet, l'ONG PROMETRA, basé à Dakar, va étudier mon projet. J'ai bon espoir, le bwiti avance. Mon impatience n'est dû qu'à la difficulté de vivre mon bwiti au milieu des vampires… La porte s'est ouverte, l'oiseau va bientôt pouvoir prendre son vol, reprendre sa Liberté… Dieu vous bénisse tous, mille basse! Aniepa D. N., Emplumé et fier de l'être…
4 semaines après l'INITIATION - MANI -

Quelques temps .....(après.4semaines après l'INIT.) Très cher Tatayo, yo, J'espère que tout va bien pour toi. Pour moi, ma petite vie a repris son cours, mais ce n'est plus tout à fait pareil : quelque chose a changé. De façon subjective, je te dirais qu'une limitation a été dépassée, mon comportement s'est modifié et il semblerait que je me rapproche de ce que j'aimerais être. Mais surtout, ce sentiment d'être en paix avec moi même, c'est extraordinaire, je fais même des pauses dans ma journée, juste pour profiter de cet état... trop bon... trop plein...trop serein... immense... Alors, pour les dieux et l'univers je verrais après. Encore un grand merci à toi et à ton équipe, un coucou à papa André et à sa femme et aussi à Bitsaka. Salut aussi le pygmée new-yorkais de ma part SVP . MANI
BWITIFUL - Dajla - 2008-01-10

Startayo!!! C'est toi ma Star en fait!! Mais le respect que je te dois m'interdit de m'épancher en louanges en ta présence!!! Je suis donc rentrée à Nantes ce midi, je suis à la maison, il pleut, il fait 9 degrés. Mais la chaleur à présent ne me quittera plus jamais. Chez vous j'ai trouvé tout ce que j'attendais, et même ce que je n'attendais pas ou plus. Le processus de 7 jours jusqu'au point culminant, tout a un sens, tout est arrivé comme il fallait, c'est flippant à quel point tout était écrit quelque part, gravé dans le Bois. Tatayo, l'album que je t'ai offert et qui sortira cette année je l'ai écrit avant de venir, et son titre je lui ai donné avant ce voyage. Il s'appelle "The Meaning of Life"(le sens de la Vie?) , avec un point d'interrogation, avant ce voyage; je sais aujourd'hui que je peux oublier le point d'interrogation car j'ai trouvé le sens de ma vie. Le Bois m'a répondu, m'a dit d'où je venais, de la Nuit des Temps, réincarnations successives, le Tigre, la Rivière, Durga la déesse qui chevauche le Tigre maitrise les Arts et tue le démon de son Epée. Bon j'ai pas d'épée mais j'ai mes mots et mon micro. Le Bois m'a donc dit d'où je venais, d'un étoile très haut quelque part dont je ne connais pas le nom. Il m'a dit où je devais aller aussi, continuer suieur le chemin que j'avais trouvé. Les malheurs successifs de la vie m'avaient privée de Dieu, malgré la Foi que j'ai toujours eue, parfois perdue, jamais reniée. Le Bois m'a unie à Dieu au 6ème jour de ma cure d'Iboga, j'ai enfin sentie la lumière m'envahir, sur le sable face au Ciel et à la Mer, je n'ai fait qu' UN avec les Cieux et le Soleil. J'ai enfin compris. J'ai ressenti l'Amour dans tout mon être et cette sensation d'extase qu'aucune drogue ne peut procurer '(pourtant j'en connais un rayon) . En parlant du loup, je peux enfin cesser de dire "demaine j'arrête…mon médicament, le Subutex, cette merde sans nom des Lobaoratoires qui me pesait comme le singe sur le haut du dos depuis 5 ans. ….demain j'arrête…la cigarette….l 'alcoolisme par habitude…alcoolisme culturel…Oui, car j'ai enfin arrêté. Je suis sevrée depuis 10 jours de mes démons. Je me sens libre, à 33 ans la Renaissance. Le 7ème jour de repos, et ….BONNE ANNEE 2008, lundi 01 janvier 2008? J'ai lavé mes péchés et mes idées noires dans la Lumière de la sablière, et j'ai le Cœur léger, L' Intellect apaisé, l' Ame gonflée et l' Esprit m'habite à, présent pour l' Eternité… Ci-joint les paroles du morceau que je vous dédie, à toi et aux tiens, c'est le résultat de tout l'amour que vous m'avez donné, big up Tatayo, Pemba, Willy, Marlène, Etudiant Bongo. BWITIFUL Le Bois Sacré m'a appelée j'ai cherché mon passé Attendu si longtemps sentie perdue si souvent J' ai maudit les Dieux des Blancs d'avoir crée de tels tourments J' ai pleuré j'ai aimé j'ai souffert et pardonné J' ai trouvé le chemin de la lumière vers les miens Ils m'ont dit: "tu n'es pas un étranger parmi nous mais un frère et une soeur et nous t'aimons depuis le 1er jour" "Tu n'es pas un étranger parmi nous mais un Frère et une Soeur et nous t'aimons depuis le 1er jour" N'aie pas peur, n'aie pas peur car le temps est venu N'aie pas peur, n'aie pas peur N'aie pas peur, n'aie pas peur tu vois n'aie pas peur n'aie pas peur je suis là N'aie pas peur, n'aie pas peur tu vois n'aie pas peur n'aie pas peur je suis là N'aie pas peur on se connaît déjà traversé des épreuves dont tu n'te souviens pas N'aie pas peur car si si loin, là bas ma voix mon appel t'ont guidé jusque là. "Tu n'es pas un étranger parmi nous mais un frère et une soeur et nous t'aimons depuis le 1er jour" it took me oh so long to find myself again, A feeling oh so strong I want the world to understand I found my brothers my sisters my father and my mother It's Bwitiful bwitiCall Bwitiful Bwiticall Allez Viens!! Allez Viens!! Allez Viens!! Allez viens!! J'arrive!!!! ONE LOVE ++++DAJILA tu peux publier, tu peux garder mon nom, je n'ai rien à cacher! bassé!! Dajla
Occidenté… - Dibadi Ndako -

Yo papa, J'espère que tout va bien au village, et que le bwiti avance. Je lis sur le forum que chacun ressent, moi aussi, des changements. Mais, en ce qui concerne le bwiti, le bois m'a parlé d'une année importante, 1979, et du sacrifice christique de ton père, mon grand-père, pour nous albinos. Ce jour là, le bwiti a franchi une étape majeure, mais à quel prix... C'est ce que le bwiti me dit. Je crois que 2012 sera le franchissement d'une étape, dans l'évolution spirituelle de l'humanité, mais je ne crois pas au grand soir de la révolution ; elle doit avoir lieu dans chaque conscience, progressivement et ensemble. On aurait besoin de toi ici, assurément, mais l'une des 12 portes est au pays Gabon, tu en es gardien, et les vampireux sont trop nombreux ici... Par ailleurs, le bwiti m'oriente beaucoup en ce moment, des idées, des projets. Et je découvre le langage des oiseaux chaque jour, un pur bonheur... Dommage que l'occident( ce qui occit...) nous gaspille... A bientôt, restons ensemble, même vous loin, ONE HEART, BWITI VIBRATION ! Bokaye, Dibadi Ndako ( initié à Ebando village en Octobre 2007 !)
le plus bel éloge !! MBEMBé FOREVER ! - Ngadi na Duma -

(à Tatayo)
J' ai vu dans le bois que tu est un lien important entre le ciel et la terre puisque la vie a fait de toi le premier pygmée blanc. Ngadi na Duma
Merci d’aider le monde : Longue vie à toi et aux tiens - Vladimir -

Chaque geste positif porte ses fruits pour se répercuter de façon exponentiel. J'y participe aussi à ma façon, à mon échelle là où je suis et reconnais les bons ;-) Longue vie à toi et aux tiens ps: j'ai rêvé bwiti et tata la nuit dernière : c'était au réveil, c'était unique et délicieux. Je sais qu'on va se revoir, je ne sais pas quand mais ma route doit te/vous recroiser je crois. Le moment sera le moment, en attendant prends soin de toi et des tiens
Le reveil ! - Justin H. - 2007-11-13

Cher pere Tatayo, Que je suis heureux et fier de votre esprit et foi en la nature, mere de toutes choses, mais creation elle meme. Un grand remerciement a notre frere qui contribue ainsi a un reveil qui, j'espere de tout mon coeur sera eternel. Avec mes meilleurs amities et fraternite. Salutations au grand chef Mboloko ainsi qu'au femmes du village beni des Beauty. Insha Allah! In trusting you receive the above in good faith, I beg to remain sincere, Justin H.
Robin du Bois, de la forêt de Sherwood, cher Wood… - Jonathan - 2007-11-05

Salut Papa, Me voilà de retour en France, le voyage s"est bien passé. Je ressens vraiment le changement de retour ici, je me sens vraiment libéré, avec une force intérieure, le bois qui reste au corps... Je suis heureux, mais aussi triste de vous avoir quitté, le départ fut difficile, salue bien tout le monde de ma part, les ngangas et les maboundis, et dit à Mbilou que je reviendrai. Vous me manquez, mais vous êtes dans mon coeur. Salut à toi, Robin du Bois, de la forêt de Sherwood, cher Wood... Bokaye ! Dibadi Ndako
Mon, 12 Nov 2007 15:31:19 +0100 APRES 3 SEMAINES d'INITIATION BWITIBOGA ! Il est difficile de se réinsérer dans la société française, avec l'expérience qui est en moi maintenant ; je vous raconterai plus tard comment ça évolue. J'espère que tout le village va bien, embrasse tout le monde de ma part. Vous êtes dans mon cœur, mon bwiti, le Bois est vraiment fort… Bokaye, Robin du Bois ! Plein de bonnes et belles choses, Mamisoba ! Dibadi Ndako
Salut Tatayo, comment vas tu? - yan b -

Salut Tatayo, comment vas tu? Bon je t'envoie ce petit message pour t'informer que mon retour en France s'est tres bien passé après d'interminables heures d'attentes à l'aeroport de libreville, je suis maintenant bien revenu sur terre après cette inoubliable expedition sur la planete bwiti.... Je prendrai le temps cette semaine de mettre par écrit mon témoignage pour te l'envoyer. J'espère que toute l'équipe va bien et que les banzis continuent d'affluer vers la sabliere pour vous rencontrer et acceder à des choses aussi fortes que celles que notre groupe de 8 (et non 7 à priori) a pu obtenir grace à vous tous. Je garde un grand souvenir de ce passage à la sablière (malgré ce petit accrochage final avec Bilou, en espérant qu'il ne m'en veut pas trop, mais pour moi et pour lui je pense ceci n'est pas arrivé par hasard et chacun d'entre nous a un enseignement à tirer de cela) et chaque rencontre avec mes amis en France est devenu pour moi l'occasion de raconter cette histoire formidable que j'ai pu vivre avec vous, et je peux te dire que avant même d'avoir l'occasion de raconter ma rencontre avec le bwiti, tous les gens gens qui me connaissent sont abasourdi par le changement physique qui s'est opéré sur moi (tout le monde me trouve dans une forme comme il ne m'ont jamais vu avant!!) Passe le bonjour à tout le monde de ma part Bises à tous Ciao
l'Afrique doit apporter sa dimension spirituelle à L'HUMANITE - Ayoko -

Tatayo, J'espère de tout mon coeur que la maison se porte bien. Où en es Patrick, et Ange de Lumière ??? De nouvelles personnes sont elles arrivées ??? La suite pour les différents tournages ??? J'ai été heureuse de vous rencontrer et de voir le travail que tu as entrepris personnellement d'une part, et d'autre part la synchronicité avec Papa André, les enfants originaire du Bwiti, Olga... J'ai acheté les livres, ce qui me touche est l'approche que ton père spirituel a amené, il était grand temps. Il était grand temps que cette voie s'ouvre, l'Afrique doit apporter sa dimension spirituelle à L'HUMANITE dans une démarche d'AMOUR, de PAIX, d'HARMONIE, de COMPASSION. Et cela est très important dans la démarche que j'ai choisi. Je médite, je prie, et je fais appel à la dimension intrinséque de l'Afrique, je souhaitais tant ne plus avoir à faire couler le sang, je souhaitais tant que le COEUR du CONTINENT AFRICAIN batte pour l'HUMANITE. En allant plus loin, cette démarche est salvatrice pour l'Afrique elle même. Depuis mon retour, j'ai hâte de retourner sur le continent, c'était déjà prévu, mais il y a comme un accélération dans le temps et dans l'espace. En même temps il me faut être ANCRE et ne pas laisser la peur et le doute m'envahir, j'ai l'impression de me donner une charge lourde, mais comme dit ce proverbe ivoirien " Y a rien derié, c'est l'homme seulement qui a peur"ah, ah ah!!! En pensant à nos soeurs et frères pygmés, je pense à la pachamama alliance et à Aigle bleu, je te donne leurs sites : www.pachamama.org, je te préciserai le site d'Aigle bleu. Je pense qu'il faudrait intervenir en Europe, d'une autre manière en ce qui concerne le Bwiti, en cela je veux dire quelle reflexion au niveau de la conscience le Bwiti apporte t'il à l'HUMANITE??? Tatayo, j'espère que tu vas bien, ta santé, tes amours??? Qu'ont dit les esprits en ce qui concerne l'ENERGIE FEMININE du lieu??? J'attends de te lire très bientôt. Ayoko
Loin de raconter mon voyage… - Vladimir -

Loin de raconter mon voyage, voilà quelques lignes qui peuvent aider certain, peut-être, à percevoir l'état d'esprit, une des routes que peut suivre un voyage. Bonne lecture. (dans l'espoir de ne pas froisser les initier et d'éclairer les curieux. Il ne s'agit pas de LA VERITÉ mais d'une des routes...) Nous sommes sous le fromager, l'Arbre, nous l'avons soigné avec attention il y a quelques instants. Maintenant, c'est lui qui va dire si les portes sont ouvertes, si le moment est propice, l'air est doux, quelques bougies éclairent les lieux par leur scintillement aléatoire, les arbres magiques et protecteurs entourent notre frêle embarcation. Tata jette les deux cauris... S'ils tombent ouvert, c'est en notre faveur, sinon, l'initiation sera pour plus tard. Ce soir, Ils m'accordent de passer. Les mondes de l'au-delà, c'est comme l'histoire, l'algèbre, les langues. Tant que l'on ne nous en parle pas, notre représentation du monde conserve ses limites. À partir du moment où l'on traverse, les limites s'effacent et c'est une autre vie qui commence. Celle où j'agis non pas par obligation mais par rigueur, celle ou chaque mouvement est un choix... Pas toujours si facile à assumer. La musique commence, et je ferme les yeux. La jungle apparaît, lianes, opacité, inquiétude, inconnu, je la traverse comme porté par un tapis volant suivant une rivière dont le flux rebondit et se faufile entre les roches. Sur les côtés, certains animaux (qui sont-ils??) se présentent, au détour d'un arbre, d'un buisson, l'espace d'un instant unique, d'un regard, puis disparition, comme l'éclair, fulgurance, je glisse dans cet univers puis m'élève comme embarqué par un flux invisible d'énergies qui me prennent et m'emmènent, une route m'apparaît et je passe une porte, un triangle blanc. Derrière, c'est le néant, c'est le vide, l'apesanteur. Je lévite dans le noir, c'est mon monde intérieur qui se découvre doucement, que faire où aller ?? J'aperçois des noeuds, vous savez, ceux que d'habitude on se refuse à voir, à accepter. Parfois difficile d'accepter certaines choses en soi, prendre conscience, Au fait c'est peut-être pour guérir ces maux que je suis là ? Ils sont là. Le choix se pose, vivre l'expérience, ou pas ? Une première phase est passée, celle de trouver les animaux belligérants, malades. Ai-je le courage, l'énergie, ou une sorte de folie qui va me permettre de dépasser ce premier stade, de croire ce que je vois, ce que je vis et de partir en croisade pour un monde meilleur ? J'entends la musique de loin, et ce goût sur les lèvres qui me rappelle où puisez, c'est le moment, l'iboga m'habite et nous ne faisons plus qu'un. C'est lui/elle qui guide, et ensemble nous reprenons la route. De là-haut viennent mille prières qui me parlent, me rassurent, m'accompagnent. Cette fois je les comprends, les ressent et elles m'aident. Se faire confiance... Je remercierais tout à l'heure leurs auteurs mais nous n'en sommes pas encore là, la nuit va être longue... Puisant au fond de moi, le moi présent, celui que je connais et reconnais, écoutant mon instinct, je pars à l'affût de l'un d'eux, une course effrénée s'engage, d'une violence inouïe, plus de contrôle, c'est le yin et le yang qui se cherchent. Mais qui va lâcher aussi facilement une douleur, un blocage, un refus catégorique enraciné dans les tréfonds de l'âme si facilement ? Pas moi, et bien si, justement, car d'un commun accord avec là-haut nous avons décidé que c'était le moment ! C'est donc une bataille contre moi-même que j'engage sans le savoir ni le vouloir, c'est simplement une prise de conscience sur mille détailles qui affaibli mon moi-adversaire et le fatigue jusqu'à ce que dans un face à face brutal m'apparaisse trois statuettes. Énigme.............. Serait-ce une nouvelle porte ?
salut tatayo - herwann -

salut tatayo c'est herwann comment vas tu ? tu me manques drolement petit pere. Je ne n'aurai jamais pensé que tout ceci me manquerai a ce point . En tous les cas chaque jour qui passe pour moi c'est un questionnement dans ma vie, et il est certain du coup que l'initiation devient indispensable .enfin nous en aurons l'occasion d'en parler . Mais en ce moment je suis a fond sur mon spectacle,sur mon solo. Alors ne m'en veux pas de ne pas beaucoup t'appeler ou téléphoner car il est vrai que le temps ici n'est pas le meme que chez vous . saches que je ne t 'oublie pas ,tu m'a rempli de bonheur de joie et plein d 'autre chose avec ta rencontre. tu me manques incroyablement .tu sais que il y a des gens qui me pose énormément de question sur l initiation c'est incroyable c'est comme si j'étais important dans leur décision c'est tres perturbant . Ce soir Dajla est en concert je vais la voir jouer. il y a un rapport a l'iboga et moi tres étrange ,bon dis bonjour à tout le monde et bien sur au fille au déesse............qui me trouble encore ! je vous aime profondément . votre éléve de la vie . herwann a.... békalé odsiou . bassé.vive l'afrique www.Moralsoul.com
Bonjour ami du Monde, - Alain Magloire - 2007-10-01

Bonjour ami du Monde, Je m’appelle Alain Magloire, je suis né le 12 décembre 1972 à Montréal (Canada) et je suis un Homme. , Remarquez que j’entends par Homme (avec une lettre majuscule!) tout humain qui a entrepris avec sérieux la connaissance de soi-même… contrairement à l’homme qui ne surpasse l’animal que par sa capacité à se rendre malheureux. Il y a de nombreuses façons d’explorer son intérieur enseignées par les différentes traditions à travers le monde. Je pense qu’elles sont toutes valables et ont toutes fait leurs preuves, mais chacune représente une voie différente comprenant des avantages et des embûches spécifiques à celles-ci. Il est donc très important pour la personne voulant cheminer dans la connaissance de soi de choisir l’école de sagesse qui lui « parle » le plus. Et voilà, comme le Bois m’a « appelé » en août 2007. Tu t’es senti « appelé » par lui toi aussi; c’est-à-dire que pour des raisons qui te sont propres ta petite voix intérieure te dit que vivre cette étrange et mystérieuse initiation du Bwiti serait un atout dans ta vie. À mon humble avis, cette initiation sera beaucoup plus qu’un atout dans ta vie !! Je vais te parler un peu de mon expérience personnelle puis je vais te donner quelques conseils que tu jugeras utiles d’écouter ou non. Quand je me suis rendu au Gabon, j’avais déjà quelques années d’expériences sur ce qu’est un travail personnel et spirituel. L’utilisation de drogues récréatives (marijuana, ecstasy, speed, cocaïne) m’ont ouverts des portes sensorielles qui m’ont conduit vers des troubles « psychiatriques », comme cela arrive souvent avec les drogues que l’on consomme que pour le plaisir. Mais comme la rose qui sort du sol fertilisée par du fumier, de cette dure expérience en est sorti une forte certitude : Il y a plus de choses dans ce monde que ce que j’en percevais avec mes 5 sens engourdis. J’ai alors commencé à m’intéresser à des sujets qui avant m’auraient fait sourire (j’étais biologiste moléculaire…aujourd’hui je suis massothérapeute en shiatsu Do (cousine de l’acupuncture!)). Lorsqu’un frère m’a parlé du Bwiti et de l’Iboga, j’ai tout de suite été curieux…et à peine avais-je lu sur le sujet que j’étais convaincu que le Bois était une touche essentielle à ma guérison… et le début d’un Homme nouveau! Il faut dire que cette initiation africaine millénaire a trouvé un écho en moi dans mes origines paternelles haïtienne. Trois mois plus tard, je m’embarquais pour l’Afrique et le Gabon. Je ne décrirai pas l’histoire de mon initiation et de mon séjour de trois semaines chez Tatayo (Hugues… que j’appelle chaleureusement Papayo), non par pudeur ou par un quelconque pacte de secret, mais parce qu’il s’agit d’une expérience personnelle si intense que seule la personne qui la vit est à même de la comprendre et que le récit de mon séjour risquerait plus de vous induire en erreur que de vous aider. Il est juste important de savoir que le Bois est utilisé par les Hommes de la forêt depuis des temps immemoriaux et que pour moi le jour de mon initiation est une madate aussi importante que le jour de ma naissance. Plusieurs diront qu’ils doutent et qu’ils ont peur de l’échec, moi je dis que le doute et la peur sont des signes d’intelligences si ils servent à se questionner et non à s’arrêter…car malgré ces sentiments, quiconque va au Bwiti le cœur sincère et libre en sortira grandi et changé pour le mieux… qu’il s’en rende compte ou non à court terme!! Maintenant je peux vous donner quelques conseils que je juge important pour une expérience totale. Premièrement, avant d’entreprendre le voyage il faut se questionner sur ses motivations. Le bois ne ment pas et ne triche pas, il te donne ce qu’il te faut pas ce que tu veux nécessairement, c’est pour cela qu’il est important d’être motivé par un désir d’amélioration mais sans se fixer d’attentes trop précises… sinon tu risque d’être déçu et de ne pas voir les miracles que le bois à fait sur toi. Deuxièmement, si tu n’as jamais vécu dans une culture pour qui le sacré n’est pas un sujet abstrait philosophique mais fait parti du quotidien, je te rappelle que la démarche initiatique que tu veux entreprendre demande une implication totale et respectueuse…ce ne sont pas des vacances dans un Club Med!! Les personnes qui vont accepter de t’initier mobilisent leur énergie et leur amour pour t’aider car ils croient sincèrement qu’à chaque fois qu’une personne se tourne vers la lumière, c’est toute l’humanité qui s’éclaire un peu plus. D’où l’important pour toi de choisir les gens qui vont participer à ton initiation, car il faut être prêt à faire confiance et à s’ouvrir complètement aux gens qui vont t’initier. Et je le redis, Tatayo est un excellent point de départ pour cette entreprise. Il est plus qu’à même de diriger une initiation, mais il sait que tout part des tripes et il est tout à fait ouvert à te faire découvrir d’autres initiateurs compétents si tu en ressens le besoin… Il est une référence incontournable du Bwiti gabonais. C’est une étape importante où il faut bien s’écouter car une fois que l’on a accepté de commencer…il est très difficile de revenir en arrière…et heureusement car c’est toi qui a le plus à gagner dans ton initiation. Dernier petit conseil, assure-toi que toute les questions techniques de ton séjour (logement, madates du séjour, argent, prix pour l’initiation…en Euro ou en franc gabonais de préférence !!) soit réglé avant de partir…ainsi tu vas éviter que d’ irritantes questions materielles viennent perturber la profonde expérience spirituelle que tu vas vivre. Sur ce, ami de la Terre , je te souhaite une expérience profonde à l’intérieur du Bois et je te revois de l’autre côté du miroir !!! Alain Magloire EVOVI NOKA Octobre 2007
Aussitôt après… - Kumu di Pindi -

Salut Tatayo, oui les tambours du Bwiti et l air frais qui regne autour de vous sont toujours presents ici dans mon coeur. Je raconte la bonne nouvelle a mes amis, l illumination, c est rien de moins que je ramene. Verra qui pourra faire avec. Ceux que ca ne concerne pas je leur raconte comment le Gabon est beau et ces vacances reposantes, hehehe! La vibration de l amour resonne dans mon coeur, merci a toi Tatayo et Nbilou, , Kathy, Minangua, Mossodo. A tous ceux qui peuvent me comptendre, comprendre l experience, a ces autres moi. Le defi est toujours la, le demon est puissant ici et si on ne se prend pas pour dieu alors on se doit de lutter contre lui. Bon si on se prend pour Dieu, on remercie le demon d etre la sinon, on s ennuirait. C est la ou je suis. Si on est Dieu vraiment on ne le voit plus, car tous est si parfaitement reve. Je crois que la lutte commencera biento pour moi, quand mon etat d illumine s eloignera un peu. Oui le Gabon, amour amour, je me demande ce que je fais ici, en Europe... Comme souvent je tombe amoureux du pays ou la pauvrete rend les gens riches et vivant, je tombe amoureux des gens que j y ai rencontre, de vous tous la bas, pourtant je suis la. Je vis cette destine, le temps que le Bwiti me fasse signe que je puisse passer a autre chose. Harmonie, c est ma caracteristique ou ma mission je ne sais pas vraiment, mais apparemment c est ce qui doit m entoure. Peut etre un projet viendra pour qui je donnerait ma vie pour etre a l endroit qui me convient. Ce que j ai vu ces dernieres semaines, c est beau, vivant, brillant, une belle facon de fete le divin, de celebre le createur et la vie, c est aussi une place ou le pire cotoie le meilleur. Des gens pleins de vie. bwitiful Que dire, que leur dire, a qui partageait ca, outre a ma corbeille? Peu importe tel est notre epreuve ici en europe qui garde cette vie interessante. Le bois sacre est mon allie ici au Nord, dans son organisation, son impuissance sexuel, dans sa (f)rigdite. Hahaha! Rions tant que nous le pouvons. Lumiere a toi Tatayo, lumiere et amour. Et merci encore une fois(et ca ne sera pas le dernier) KUMUA ! LE Même un peu plus tard…. Je suis aussi infiniment reconnaissant de ce que j ai pu vivre avec toi et les tiens Tatayo, merci. Et tes petits ont bien compris je crois, et ils feront des petits uui seront bien, et bientôt l evidence viendra en Europe comme au Gabon sur la nature de l esprit et de la vie. Ca commence déjà, il y a toujours les vieux bulldozers, qui marchent encore a l argent et au pouvoir, calvicie et gros bide, impuissance. A 50 ans- 60 ans ils n inspirent plus personne et encore moins leur propre enfant. Mais il y a les autres, les autres qui servent d exemple aux plus jeunes. Dans ta generation, il n y avait pas tellement de modele, pour la notre il y en a plus quelque uns, et la suivante elle en aura encore plus, et ainsi de suite. Se tenir droit et detendu, ca invite, surtout lorsque l on est jeune est desireux d une vie de gloire. Mais sans exemple, sans le bois, le chemin est difficile a trouver. Oui l evidence viendra, dans ce monde. Ca sera toujours un monde de fele, bien sur, enfin j espere. Lumiere a toi , a vous tous. Kumua di Pindi, eternel parmi les eternels
Salut Papayo !!! Apres retour d’initiation - Magloire -

Salut Papayo !!! Apres retour d’initiation Un petit bonjour pour vous dire que je suis loin de vous avoir oublié (je ne pense pas que ça puisse arriver un jour de toute façon!!). Mon arrivé a été aussi mouvementé qu'un ouragan touchant les côtes!! Je suis tellement remplis de projet depuis le Bois que 24h dans une journée suffit à peine !! Mais bon, le gros de la tempête est derrière et je peux reprendre mon souffle. Donc je vais essayer de t'écrire un compte rendu de mon expérience dans la prochaine semaine...comme ça tu vas pouvoir le forwarder à ceux qui veulent des commentaires et annecdotes !!
L'Iboga et tous les amis de la sablière m'ont aidé à reprendre confiance en moi… - DAJLA - artiste musicienne -

Comment vas-tu bien? Alors ton américain, il va en prendre plein la vue!!! Ici c'est cool, on atterit doucement...je t'avoue que c'est un peu dur de se remettre dans cette "réalité" occidentale. J'ai déjà pris contact avec les associations culturelles d'artistes et musiciens internationaux de Nantes et je pense que certains ont envie de découvrir ton travail avec impatience!! je vais t'envoyer du monde :o) (on a gagné le respect de certains mecs mystiques du coup, ouaw! les Pygmées!! L'Iboga!!!!) Nous allons essayer de faire du bon boulot avec les prises de son qu'on a faites, je te tiendrai au courant de tout ça très rapidement. Pour le colis, j'ai une boîte postale mais tu peux toujours me donner l'adresse de ton ami, si c'est mieux. J'ai bien envie de revenir vous voir au mois de décembre, j'ai trouvé un billet raisonnable aux alentours du 16 décembre, à voir avec mon emploi du temps mais le Gabon me manque déjà beaucoup ...j'espère qu'on va pouvoir faire avancer votre asso aussi, il y a plein de choses à faire ensemble. Je voulais te remercier (Benji aussi) une nouvelle fois pour ton accueil, ta disponibilité et tout ce que tu nous as permis de voir et les gens merveilleux que nous avons rencontrés grâce à toi! C'est génial, je ne serai plus jamais la même maintenant. L'Iboga et tous les amis de la sablière m'ont aidé à reprendre confiance en moi, et à me détacher de l'emprise de mon médicament (une drogue!) ainsi que du tabac. ça va aller de mieux en mieux, j'en suis sûre. Tatayo, peux-tu me faire un petit topo rapide des styles de Bwiti qui étaient pratiqués lors de notre veillée afin qu'on puisse faire un beau texte et des commentaires pour notre gallerie photo sur le site internet ainsi que sur notre prochain album? Nous avons pris les noms de tes gars, mais n'hésite pas à me citer les noms bwiti également des gens qui ont fait la veillée avec toi. Je te laisse, je te rappellerai très bientôt, embrasse toute la famille, ainsi que Olga et ses filles. plein de bisous +++ Dajla
TU VAS AU GABON POUR LE SACRé BOIS ? - Vladimir -

TU VAS AU GABON POUR LE SACRé BOIS ?.......................................................................................................................................................... J’habite à côté de bastille... C’est fou ce que les crocodiles du fond des mers peuvent être équipés aujourd’hui En deux mots, soit gentil oublies l’hotel et le confort du moment pour aller voir au fond de toi ce qu’il en est ;-) c’est LÀ qu’il faut investir, l’hôtel... Tu auras toute ta vie pour y être bien. Rester dans l’enceinte des lieux est une douce chanson qui me manque mon ami, depuis le lendemain de mon départ... Tata est un homme unique, comme tous, mais unique comme seul les bons le sont, je l’ai reconnu moi ce rusé, il est lumière, il va te guider. Demande lui d’écrire tout ce que tu vois pendant ton voyage intérieur, conseil d’ancien qui ne l’a pas fait et le regrette, rappelle-toi de tout ce que tu vas entendre pendant ce voyage, rappelle toi de tout ce que tu vas voir. En plus le lieu est mortel, la mer est à 20 mètres, c’est la route du bout du goudron vers la sablière, suffit juste de dire ça et tout le monde pointera le doigt vers le même endroit, et de toute façon, tata, tous le connaissent, ils le respectent. Chaque personne qui part vers toi tata me prend une larme de coeur immanquablement tata !! Tu me manques !! La barbe oui !! Alors salut là-haut pour moi et la famille d’ici peu quelques nouvelles sur mes projets, il faut bien que je t’informe... Je trace un peu de par le monde, je reste présent mais moins souvent, Népal oblige, tu comprendras je le sais à tout moment, où que l’on soi.
LE SILENCE - Kumua di Pindi -

Je suis aussi infiniment reconnaissant de ce que j ai pu vivre avec toi et les tiens Tatayo, merci. Et tes petits ont bien compris je crois, et ils feront des petits uui seront bien, et bientot l evidence viendra en Europe comme au Gabon sur la nature de l esprit et de la vie. Ca commence deja, il y a toujours les vieux bulldozers, qui marchent encore a l argent et au pouvoir, calvicie et gros bide, impuissance. A 50 ans- 60 ans ils n inspirent plus personne et encore moins leur propre enfant. Mais il y a les autres, les autres qui servent d exemple aux plus jeunes. Dans ta generation, il n y avait pas tellement de modele, pour la notre il y en a plus quelque uns, et la suivante elle en aura encore plus, et ainsi de suite. Se tenir droit et detendu, ca invite, surtout lorsque l on est jeune est desireux d une vie de gloire. Mais sans exemple, sans le bois, le chemin est difficile a trouver. Oui l evidence viendra, dans ce monde. Ca sera toujours un monde de fele, bien sur, enfin j espere. Lumiere a toi , a vous tous. Kumua di Pindi, eternel parmi les eternels
"Comment aurai-je pu imaginer il y a quelques mois en arriver ou j'en suis et devoir et pouvoir faire ce qui suis ? - Nkwa ponga na Nzegho -

"Comment aurai-je pu imaginer il y a quelques mois en arriver ou j'en suis et devoir et pouvoir faire ce qui suis ? Encore merci à l'un des rares Nganga occidental qu'est Tatayo qui à mon sens incarne une évolution certaine du Bwiti, peut etre justement parcque la rencontre des deux continents permet une évolution salutaire du Bwiti... Avant de parler de ce qui me tient le plus à coeur, j'aimerais vous dire à tous et à toute que suite à mon initiation, la tete pleine d'iboga, une révélation tranchante m'est venue lors d'une discussion à propos des évènements récents en France concernant l'iboga. L'esprit ne souhaite plus d'avancée en France.Les intentions ne vont pas toutes dans le bon sens, loin de là, il est trop tard,il fallait faire le nettoyage avant.Trop de déceptions,de personnes dans la tourmente, de mensonges... Adieu l'iboga en France: encore une fois les intérets personnels ont oublié le sens du sacré.Ne maudissez pas l'état qui est et restera ce qu'il est et faisont un bilan objectif concernant l'homme, sa soif de pouvoir et d'argent ou son approche naive d'un esprit aussi merveilleux qu'est celui d'iboga. D'ailleurs, il faut avouer qu'il était peut etre trop simple pour un Francais d'approcher la racine (un peu d'argent) sachant ce qu'un Gabonais peut ou doit endurer pour se faire initier.D'une part nous savons maintenant qu'il faut aller jusqu'au bout du premier coup et qu'un stage peut s'avérer dangereux, et d'autre part reconnaissons que ce merveilleux cadeau mérite que l'on fasse le sacrifice et le pélerinage qu'est un voyage au Gabon. De réputation je connais certains d'entre vous, qui travaillez avec le bois.Je respecte certains d'entre vous qui souhaitez sincèrement aider votre prochain mais voyons les choses en face à force de témoignages attristants:le bois,c'est une initiation en force,la dose maximale que chacun peut ingurgiter et ce au Gabon, sur la terre des esprits qui l'accompagnent depuis tant d'années.Pas d'essais, pas d'approche:une FOIS et UNE SEULE ! Depuis mon retour du Gabon, mon esprit me demande de vider ce que j'ai sur le coeur et ce qui me pèse concerne le Bwiti, celui que l'on rencontre en France comme au Gabon.Très honnetement, je pense que ce que je partagerais avec vous tient du fait que je suis occidental et également à mon parcours ,à mon esprit et à mes fréquentations avant le Bwiti qui me permettent de garder les yeux ouverts en toute occasion à fortiori depuis mon initiation. Ici comme là-bas, j'ai été énormément déçu, comme beaucoup, après avoir été ébloui par le Bwiti. Plus tard, j'ai rencontré le ma-misoba qui m'a permis de m'initier, de m'épanouir réellement, de devenir celui que je suis, ce qui n'aurait pas été possible avec la plupart des Ngangas. Pourquoi ? Car Je ne supporte pas que l'on veuille prendre le pas sur moi, que l'on me mente, les discours paradoxaux et illogiques et que l'on me juge hativement et donc que l'on se trompe à ce point sur qui je suis et ce que je peux penser. Lorsque que l'on se présente devant une personne avec son sac pleins de problèmes et d'angoisses, il est quasi insuportable de faire face à quelqu'un qui manque cruellement de psychologie, qui vous ment parfois et en laquelle pourtant il faudrait avoir confiance pour réussir l'expérience la plus forte de votre vie, la plus importante ! Malheureusement, c'est ce qui se passe souvent dans le Bwiti.Je regrette sincèrement que beaucoup de Français ne comprennent pas à quel point l'on joue avec eux et supportent une discipline et une hiérarchie d'un autre age, sans parler des mensonges. Ce qui est intéressant lorsque l'on est issu du pays des droits de l'homme, c'est d'avoir à l'esprit que personne ne vaut mieux que vous meme et que personne n'est en droit de vous imposer sa loi. Nous subissons au quotidien des pressions dans notre travail, face à notre banquier, à cause de lois oppressantes, le tout représente les travers de notre société: nous ne pouvons faire autrement dans ce cas alors pourquoi subir la meme chose dans notre spiritualité! !! Croyez vous sincèrement qu'il est possible de s'épanouir dans un contexte spirituel réducteur, bon sang, nous en avons déjà assez dans notre quotidien!!! Pendant les veillées, par exemple, on nous demande si l'on connait telle ou telle choses.Nganga plutot que de poser des questions dont tu as la réponse, apprend moi, la vie est courte et le bwiti long à apprendre! Cela ne vous ennuie pas de chanter des chansons sans savoir si vous chanter la bonne phrase et sans savoir ce que vous raconter.Nganga apprend moi le sens de ces belles chansons et pourquoi ne pas en chanter quelques unes en francais, ma langue maternelle! Nganga, qui es tu pour me faire une réflexion sur tel de mes propos ou sur mon attitude, mets toi à mon niveau et explique moi tranquillement ce que je peux mieux faire. Nganga, reconnais que les consultations sont aléatoires et avant d'agir en fonction des tiennes et de passer le mots aux autres initiés pour me bousculer, prend ton temps et vérifies précautioneusement ce que tu crois savoir, afin de ne pas commettre d'erreur irréparable. A propos des consultations, Nganga, si tu n'as pas encore la force de lacher le boko et encore moins de comprendre à quel point le boko travail contre l'esprit de l'iboga, use de mille précautions en ce qui concerne tes consultations et évite de consommer devant les autres, chacun ses problèmes. Nganga, ne me prend pas de haut, tu sais beaucoup de choses mais comme chaque etre humain, tu as encore beaucoup de choses à apprendre, comme moi. Sois tranquille et patient comme tout les véritables hommes de foi. Nganga, lorsque je te pose une question à laquelle tu ne peux répondre ou qui t'embarrasse, ne me ment pas, je le sentirai et n'aurai plus jamais réellement confiance en toi. Nous ne sommes pas tous des moutons et des aveugles. Je pense sincèrement que le Bwiti pourrait être l'une des plus belles voie spirituelle de cette planète si les hommes font quelques efforts. Néanmoins j'ai rencontré des Nganga Français qui joue eux aussi les mini tyrans mais aussi des Ngangas Gabonais en France et à Libreville, autour de Tatayo, qui avancent avec leur coeur et qui apprennent toujours plus de leurs rencontres avec les banzi d'ici et je les en remercie du fond de mon coeur. C'est ainsi que l'être humain grandira, en cherchant sans relâche à accepter, à respecter et à comprendre son prochain, pas en le brutalisant. Je remercie donc ces Ngangas pleins de bonne volonté et de compétences, Tatayo bien sur, l'un des précurseurs de ce chemin harmonieux ainsi que ma femme qui m'a appris que le meilleur moyen permettant aux enfants comme aux adultes de s'épanouir et de devenir eux-mêmes est de leur montrer le bon exemple, avec patience, bonne humeur et respect quoi qu'ils pensent ou fassent. Trop de discipline, l'autorité exagérée, les coups et réflexions assassinent, le mensonge et j'en passe représente un passé sans intéret et si vous réfléchissez bien sont la cause de tous les mots de cette planète.Si chaque enfant était élevé dans le respect de sa personne et avec amour, peu d'entre nous porterai de mauvaises choses le poussant à dominer ou écraser son prochain. Pleins de belles choses à vous tous et à vous toutes..." Nkwa ponga na Nzegho
Ce n'est vraiment pas facile de prendre des décisions et de faire des choix comme cela, à distance - Reponse de Tatayo -

Ce n'est vraiment pas facile de prendre des décisions et de faire des choix comme cela, à distance (peut-être que je me prends trop la tête aussi)... En tout cas, merci de ta patience, et des personnes que tu me permet de contacter... Cette initiation en petit comité m'intéresse... Peux-tu me donner des "comparaisons" entre une intiation avec Ya-kendo, et celle que tu proposes (que j'ai une base pour décider) ? Merci encore, C. Tatayo.ma-missoba a écrit : 1. Soit Arriver et Rencontrer les quelques personnes de confiance et passer 5 jours ensemble ...minimum …. 2. Se faire initier par ce petit comité en présence de bons musiciens rituels live ! – NO K7 !!! 3. Bien voir et réaliser son BWITI (2 à 4 jours) ! 4. SE reposer 2/3 jours 5. »Edika » repas rituel et ceremonie COMPLETE ! sortie 2/3 jours puis enseignement ...Toute une vie ! Total séjour environ 3 semaines mini. Ø Je peux être là chez l'initiateur de ton choix.. et/ou avoir l'oeil sur protocole initiatique ou non selon choix de la personne. Bref, je peux aussi initier, mais il est surtout important que tu gardes ton ABSOLU LIBRE ARBITRE TOUT LE TEMPS (pré et post initiatique, en tous cas). Il est important de comprendre que l'argent rend fou et que même un suisse....Si tu le payes d'avance ....!!! Toi même là bas !!!! Par contre, il est important de ne parler et de ne toucher l'argent que 2 fois au plus ! Une fois avant Une fois après . Sans voiture, je coûte 100 euro/jour Avec mon vieux Tatayomobile 4X4 = 200 euro/jour
TEMOIGNAGE NOUVEAU 10 MOIS APRES COMPLETE INITIATION -Vladimir devient Va Gheliba : - Vladimir -

MOUNGONGO ! Que ta musique est belle. Encore à l'instant j'écoute ta mélodie, celle de ces femmes derrière amenant toute leur présence pour m'accompagner, nous sommes au Gabon à Libreville et le voyage commence, bercé par le ronronnement de la mer juste derrière, le regard profond au loin, dans une absence présence, des images viennent, un univers se crée, le mien ? Celui dans lequel j'évolue est tantôt immense tantôt minuscule, les esprits sont là, je sens leurs présence et à ce moment précis je les reconnais, la mère du bwiti de Tatayo qui me baptise, reconnue sans doute possible. ils sont tous présents!! Avant d'arriver là où les portes ne s'ouvrent que lorsque nos yeux sont lavés et nos coeurs en paix pour un moment, la route fut longue, interminable parfois, pleine de soubresauts, de découvertes uniques sur ce que je suis, celui que j'étais, encore juste avant cet instant précis, cet instant où dès lors rien ne sera comme avant. Les images passent, filent et se dérobent comme une traînée de poussière vous fouette les yeux avec une délicatesse unique. Lorsqu'elles disparaissent et que l'on rouvre les yeux, le monde est bien plus grand, bien différent, oui, ce monde, en fait c'est la simple vision de celui-ci qui s'ouvre, change, et me laisse ébahi face à la justesse de vérité bien trop longtemps masquée, cachée, que jamais je n'ai eu la force, jusqu'à ce jour de mettre en face. La peur cette inconnue, qui s'échappe, se dévoile dès que je la traque, fuit, parcqu'à ce moment précis, c'est Tatayo et les siens qui me protègent pour le meilleur et pour le pire. Le voyage continu jusqu'au petit matin. À mon réveil, lorsque les oiseaux me ramènent, je redécouvre un nouveau moi, un nouveau monde, mon visage est différent et pourtant identique, cette nuit magique, jamais je ne l'oublierai. Merci à toi, Tata, et les tiens Il s'agit ici d'un hommage, d'une histoire racontée pour qu'elle puisse durer à jamais au delà de mon coeur, peut être dans le votre …
A propos de ce que l'iboga pourra t'apporter ou pas - NZEGHO -

Bonjour Antoine, Je ne répondrais pas à tes questions une à une mais je souhaite tout de même t'éclaircir sur un ou deux points. D'une part, saches qu'une initiation à l'iboga ne signifie pas forcément s'initier au bwiti et encore moins y adhérer. Si tu t'entoures bien, les bwitistes qui seront autour de toi durant ce merveilleux moment de ta vie t'apporteront énormément grâce à cette philosophie et magie sans pour autant t'obliger une seule seconde à les suivre. A propos de ce que l'iboga pourra t'apporter ou pas, c'est très simple. Si tu es courageux et que tu en mange assez (il y a toujours un prix à payer pour obtenir quelque chose, dans ce cas c'est celui-ci), tu te débarrasseras de toutes tes dépendances, intérieurs et extérieurs et chose étonnante, les questions seront remplacées par des réponses, des convictions. Pour être juste et respecter certains initiés, je dirai également que certaines personnes, qui ont vécu des choses encore pires que celles que j'ai connu ne retirent pas tous ces bénéfices lors de l'initiation mais il faut savoir que l'iboga travail longtemps et puissamment après l'initiation et que tot ou tard nous progressons énormément. Antoine, cela m'ennuie de te dire les choses comme cela car je ne voudrais pas te brusquer mais ne te poses pas trop de questions et attends tranquillement, comme Vladimir te l'a dit, que ton coeur te dise d'aller au Gabon. Beaucoup de questions sont le fruit de la réflexion qui étouffe ce que tu peux ressentir. Pour une raison ou une autre, tu sentiras lorsqu'il sera le bon moment si tu t'écoutes. Le reste, les pensées en boucle, est sans importance car contre toi même, tu le sentiras tôt ou tard, si nous discutons tous ensemble c'est justement car l'esprit nous accorde cette remarquable avancée. Sois en paix, prends ton temps et fais les choses comme tu le sens avec ton coeur, c'est lui qui te parle lorsque tu es en paix, justement. A bientôt Antoine, Nzegho
l’initiation au Gabon est véritablement puissante - encorevivant@voila.fr - 2007-01-01

De l’île de La Réunion en Janvier 2007 : bien cher Yo, je voudrais dire (à notre ami Bertrand, qui se pose la question), que l’initiation au Gabon est véritablement puissante et permet de tourner une page ainsi que de s'engager sur le chemin qui nous appelle dans la mesure … ou nous le voulons vraiment. En ce qui me concerne, je vais passer plusieurs mois dans le centre Vipassana dans l'Yonne (France) ou je vais alterner le service et l'ascèse (chose que je n'aurais jamais pu faire en continuant dans l'alcoolisme chronique), ensuite je compte m'installer à Bruxelles en septembre 07 afin de préparer un diplôme d'enseignant "Chi Kong" pour une durée de trois ans et simultanément, m'inscrire dans une académie de tai chi chuan "yang traditionnel" ainsi que dans un dojo d'aïkido. Ce projet d'apprentissage intensif me tient à coeur depuis que je me sens libéré de mes addictions (tabac, alcool)…… Alors ! oui l'initiation est un début …. …..et la suite se doit d'être à la hauteur, bien à vous !
Témoignage désintoxication méthadone - mukukumamisoba@yahoo.es - 2006-09-30

Témoignage désintoxication méthadone Cher Professeur Gassita, Nous nous vîmes dans votre officine quelques jours avant que je passe sur la natte. Je suis venu avec Tatayo, c'était novembre 2005. Si vous désirez des détails supplémentaires, n'hésitez pas à m'écrire. Mukuku Mamisoba J’ai 46 ans. A 22 – 23 ans je me suis intoxiqué chroniquement ; principalement aux opiacés, notamment à l’héroïne, la morphine puis la méthadone, sans oublier, le cannabis, la cocaïne et le crack. Sur cette période de 23 ans j’ai été sous l’emprise des stupéfiants 50 % du temps. Dans les années 90 j’alternais les périodes de morphinomanie et d’abstinence. En décembre 99, après atteint des sommets dans la consommation (je vivais à Barcelone depuis 6 mois, ville où les stupéfiants sont disponibles 24h/24, de bonne qualité et à des prix tout à fait raisonnables) mon épouse prit rendez-vous avec le médecin* que je voyais du temps où nous vivions en France et me mit dans le premier avion. Ainsi démarrèrent cinq années de méthadone. Les effets secondaires de la méthadone sont légions et non des moindres. Sueurs froides, somnolence et difficulté à dormir (sic), perte de mémoire, perte de libido. Perte d’appétit, nervosité, difficulté pour se concentrer. Je pense que le Vidal sera plus complet dans sa liste, mais je tiens à confirmer que la méthadone, qui a un pouvoir couvrant impressionnant (elle réinsère socialement pratiquement du jour au lendemain) doit faire l’objet d’un programme de substitution limité dans le temps et dégressif (tel que cela est pratiqué en Espagne ; les patients ne connaissent pas leur doses). En France on peut prendre de la méthadone toute sa vie, cela ne dérange personne. En mai 2005, j’ai donc cherché des solutions pour arrêter avec les plantes et j’ai d’abord essayé le Kudzu qui ne sert strictement à rien en la matière. En cherchant des informations sur Internet sur cette dernière, je suis tombé sur un article qui mentionnait côte à côte Kudzu et Iboga. J’ai donc cherché à en savoir plus Iboga et j’ai, après avoir lu deux livres sur le sujet, finit par arriver à Libreville chez Tatayo à la fin Octobre 2005. A mon arrivée à Libreville je consommais 180 milligrammes de chlorhydrate de méthadone en sirop en une prise unique et quotidienne le matin avant le petit déjeuner. Tatayo me demanda de cesser cette prise en vu de la préparation à l’initiation au Bwete. Il me donna en substitution des doses de Bois. Le premier jour, une dose à 9 heures du matin. Je me sentais normalement bien. A 11 heures j’ai demandé une deuxième dose car je recherchais la stupeur de la méthadone. Il me donna cette dose suite à laquelle j’ai vomi une heure et demi plus tard avec des débuts de visions et la perte de toute tonicité musculaire (le corps entier en coton). Vers 12h30 j’ai repris une tonicité normale et en milieu d’après midi j’ai repris une dose. Les trois jours qui suivirent je prenais quatre ou cinq doses de Bois par jour et sur le plan physiologiques les choses allaient bien. Sur le plan psychique, une sensibilité retrouvée (mise en veille de par la prise de la méthadone) et exacerbée par l’abstinence, intensifia mon émotivité (émotions fortes, envie de pleurer en permanence). La quatrième nuit qui correspond à la fin de la réserve de méthadone dans l’organisme, une crise de manque se déclencha (impossibilité chronique à rester sur place, alternance entre fatigue et nervosité, douleurs lombaires, sueurs froides, très grande nervosité). Je repris deux doses de Bois, mais vomis. Je pris donc une dose de 60 mg de méthadone et, une heure après, voyant qu’il n’y avait que peu d’amélioration, une seconde de 60 mg. Je remis la madate de l’initiation tant qu’il me resta de la méthadone. Finalement quand il ne resta plus rien. Je suis passé sur la natte. Je n’avais pas pris de méthadone depuis 24 heures quand l’initiation débuta. Tatayo se rappelle mieux que moi ce qui s’est passé et les doses de Bois consommées. J’ai commencé avec des gélules de Bois puis huit litres de décoction par voie anale, je pense étalés sur une période de 72 heures. J’ai beaucoup souffert, tant sur le plan physique que mental. En regardant en arrière, ce fut une bonne souffrance dans le sens où elle fut pleine d’enseignement comme une épreuve initiatique. Je crois après 30 heures que je ne tenais plus en place et j’ai tourné dans la Sablière comme un dément. Le troisième matin la douleur chronique a disparue et j’ai ressenti une très grande fatigue et une très grande faiblesse qui à mit un bon mois à passer. Les jours qui suivirent l’initiation, j’étais toujours asthénique, je n’arrivais pas à manger (tout m’écœurait). Quinze jours plus tard, de retour à Paris, j’ai pris un cocktail de vitamines qui me paraît efficace (Complexe Léro Base). A partir de là je me suis senti plus tonique et j’ai commencé à pouvoir sortir sur mon scooter etc.. Au mois de février 2006, j’ai repris du Bois pendant une nuit Iboga chez un ami. Je fus à nouveau très fatigué mais six semaines plus tard je me suis senti extrêmement bien. Tant sur le plan physique que mental. Cet état perdure encore aujourd’hui en fonction de la fatigue au quotidien et de la vie en général. J’ai changé profondément depuis ma rencontre avec l’esprit d’Iboga. Je souhaite revenir rapidement à Sablière pour faire le voyage d’Eboga dans un corps libre de toxines. * Docteur François Bloch-Lainé, à qui les toxicomanes doivent la libéralisation de la vente des seringues, les stéri-box (kits pour s’injecter), et la création de centres de méthadone. Le Docteur est également l’auteur de plusieurs ouvrages sur la question. Avant tout, c’est un homme aux qualités humaines rares. ** Ce qui laisse entrevoir une piste pour réduire la méthadone par palier? info : Au monastère de Tham Krabok en Thailande, là où l’on fait décrocher les gens à force de vomitifs, prières, lavages et phytothérapie j’ai lu qu’ils n’acceptent pas les gens dépendants à la méthadone au dessus d’une consommation supérieure à 5ml par jour ce qui correspond à 50mg. Personnellement je ne conseillerai à personne de se désintoxiquer de la méthadone avec une consommation journalière supérieure à 20 mg. 30 septembre 2006
à propos du bouti, experience vecue, experience réussie - encorevivant@voila.fr - 2006-09-08

à propos du bouti, experience vecue, experience réussie Aux futurs frères et soeurs dans le Mamisoba, je vous souhaite de connaitre la joie d'approcher la culture ancestrale du bwiti dont la fonction est de libérer, émanciper et guérir de nombreuses addictions. Je ne bois plus et ne fume plus depuis la veillée de coupure de corde et à présent oriente ma vie à 100 pour 100 avec mon coeur. Pour moi c'est cela le bienfait réel de l'initiation : pouvoir enfin marcher sur un chemin en étant totalement en accord avec moi même. L'iboga opère un travail de purification et le banzi dont la vie a été lié à certaine addiction devra fournir un effort mais il y a des hommes et femmes nganga qui seront là pour chanter pour sa guérison et aussi la bénédiction d' eboka. Considérer l'initiation comme la mort de ce qui nous rendait malheureux et la renaissance dans le but d'accomplir ce qui nous appelle au plus profond de soi. Voila ce que certains appellent un chemin qui a du coeur. Faire confiance à la force de la tradition est très important ainsi que la confiance que l'on découvre en soi même . 8 septembre 2006
Bonsoir, Actuellement je suis en recherche et envisage d' aller au Gabon - Nyundou Na Mikanzo -

Bonsoir, Actuellement je suis en recherche et envisage d' aller au Gabon, chez Tatayo. C' est vrai que depuis que je m' intéresse à cette démarche et pour avoir lu quelques ouvrages et témoignages, je crois surtout que j' ai quelques peurs encore à franchir le pas; malgré plusieurs séjours en Amazonie où j' ai pris l' Ayahuasca, mais là, je ressens quelque chose de différent . Je crois que pour vous l' expérience est récente. Pas trop difficile de revenir dans notre réalité occidentale? Enfin, je vous remercie de bien vouloir m' apporter quelques conseils, et si vous le sentez juste ,quelques aspects de votre expérience, même si l' essentiel ne peut être véritablement partagé. Bien Cordialement, M J Mon cher M, je vais te répondre de manière franche et méthodique : 1°) Oui, il est difficile de revenir à ce que j'appellerai plutôt la rêverie Occidentale ( Tatayo, qui aime jouer avec les mots, dit "accidentée"). 2°) Le conseil que je te donne est le suivant : on ne doit aller vers Iboga que si l'on en ressent l'appel ; si l'on n'en ressent pas l'appel ou si, une fois arrivé là bas, l'Esprit dit "non" par des signes clairs, il faut savoir renoncer. L'épreuve initiatique est si éprouvante qu'on ne peut raisonnablement le conseiller à personne, seul l'Esprit est en mesure de savoir qui est apte à subir la loi d'Iboga. Par ailleurs je dirai qu'il faut être prêt à mourir pour la Vérité ou bien on n'a qu'à aller se faire foutre et continuer à vivre dans la médiocrité. 3°) Des aspects de mon expérience ? Tu as peur et c'est une bonne chose, ça fait parti du prix à payer et le prix à payer est aussi financier, l'initiation complète avec les "protections" coûte 2500€ et il faut pouvoir consacrer deux à trois semaines pour tout vivre dans de bonnes conditions. Avec le prix du billet depuis Paris il faut donc compter une dépense d'environ 3500€. Il faut savoir payer cher et sur tous les plans pour bénéficier le plus puissamment possible de l'initiation. Se faire initier à l'Iboga n'est pas une petite affaire et en particulier avec Tatayo qui est un excellent serviteur du Bois car il le donne TOTALEMENT. Voilà Marc ce qui me passe par la tête et par le coeur au moment de t'écrire. Tu remarques que je ne me fais ni tendre ni rassurant mais cela vient de ce que le Bois m'a donné lors de mon initiation ; le Bois a besoin désormais d'hommes et de femmes forts, d'êtres raffinés, plus intelligents que la moyennne et qui sauront, à l'issue de leur rencontre avec Iboga, transmettre un feu nouveau à l'humanité qu'ils côtoient. Ton expérience de l'Ayahuasca m'intéresse, peux tu me décrire le rituel initiatique ? Bonne chance dans la vie ! Nyundou Na Mikanzo
salut tata ! Je reviens à la vie occidentale …. - Nyundu -

Je reviens à la vie occidentale avec dégoût mais je suis très heureux de retrouver ma famillette. Je te livre mes impressions à mesure qu'elles montent en moi. Cette rencontre avec Iboga est pour moi une rencontre du troisième type. J'avais toujours considéré les végétaux comme des êtres vivant, mais de conscience radicalement inférieure à celle de l'homme, une conscience végétative. Aujourd'hui je sais qu'il en est tout autrement : la conscience végétale est au moins égale à celle de l'homme, Iboga m'a montré cela, Iboga m'a fait éprouver cela. Maintenant j'ai la sensation que si cela m'a été donné ce n'est pas juste pour m'épater, mais pour qu'il en soit fait quelque chose d'utile, d'utile à la vie et donc à l'homme comme à la nature. Je ressens désormais deux désirs que je crois hériter de l'initiation : le premier est de continuer à expérimenter Iboga en moi, le second est de transmettre, après l'avoir approfondie et éprouvée en conscience suffisament longtemps, la connaissance de la puissance de la conscience végétale à des hommes de pouvoir afin de les aider à corriger l'action néfaste de l'homme sur la nature. Pour se faire j'ai besoin d'indications précises pour pouvoir continuer à voyager avec Iboga et notamment j'ai besoin que tu me donnes plus d'infos sur les techniques de rêves éveillés dont tu m'as parlé. Ce qui m'a été donné par Iboga c'est l'idée qu'un nouvel être attendait de voir le jour, un homo sapiens fort de la conscience hominienne ET de la conscience végétale. Un nouvel être, un mutant : peut-être est-ce cela l'Homme..? J'attends ta réponse ! Ciao Nyundu
Salut Papa ! - Mukuku David -

Un petit mot pour que tu transmettes mes remerciements et mon amitié à tous tes petits Nganga. Tu vois que j'ai déjà répondu aux mails que tu m'as envoyés et que je tente de servir le Bois en donnant des conseils honnêtes à ceux qui en demandent. J'ai été très interrogés par mes amis ici et il y a déjà des candidats, malgré que j'ai bien décrit les souffances que j'ai endurées. Je t'en dirai davantage au fur et à mesure des démarches de chacun. On est ensemble ! Mukukumamisoba
Un grand moment chez DaddyYo - Moukoukou MamisobA -

Di Nganga Bouékayé, Un grand moment chez DaddyYo ; très éprouvant pour celui (comme votre serviteur) qui trainait des vasques pesantes et intoxicantes. Je suis encore subjugué des soins que Kathy et lui m’ont prodigué pendant ces trois jours alors que j’étais dans la rage, la guerre et que j’hurlais des choses pas gentilles du tout. On mérite tous le livre des records. Moi pour la gueulante la plus longue de l’histoire et le nombre record d’ouvertures et de fermetures de la moustiquaire du Vieux Campeur (je ne suis pas resté en place plus de cinq minutes), vous pour avoir gardé votre sang froid et ne pas m’avoir jugé. Kathy, Yo je vous aime. Pour ceux que cela intéresse, le bénéfice fut immédiat mais quelque chose s’est produit ces quelques derniers jours. J’ai de la lumière dans la tête en grandes et doses, un peu en relation aux quantités que mon Papa m’a fait ingérer. C’était début décembre, nous sommes fin mars… Phari dans sa sapience à parfaitement raison, c’est une fenêtre sur une belle journée mais la nuit tombe et le temps est changeant. C’est le moment de relire la parabole des talents. Best, Moukoukou MamisobA, mmm…
je désire faire une initiation-guérison à l'iboga et avec des professionels du bwiti début 2006, pourriez vous me dire la démarche à suivre ? - Moukoukou MamisobA -

je désire faire une initiation-guérison à l'iboga et avec des professionels du bwiti début 2006, pourriez vous me dire la démarche à suivre ? Bonjour, Téléphonez-moi, je vous donnerai des infos. En tout cas vous avez sonné à la bonne porte en écrivant à Hugues Obiang Poitevin (Tatayo) Son engagement et son honnêté professionnelle font de lui un immense tradipraticien gabonais -certainement le seul occidental à maitriser la complexité spirituelle et ethnique de ce pays fabuleux. bien à vous, Mukuku
mon cher guy, (personne demandant des renseignements) - Nyundou Na Mikanzo - 2006-03-15

mon cher guy, (personne demandant des renseignements) Voici les informations les plus utiles que je puisse te donner : 1°) Aller vers Iboga ne peut être qu'une démarche personnelle. Tu dois sentir l'appel d'Iboga en toi, si tu ne sens pas cet appel, si tu y va parce que c'est la mode, tu ne dois pas y aller. 2°) Iboga est le nouveau monde, tu ne peux pas allez vers le nouveau monde en demandant conseil à l'ancien monde. Laisse ta mère et toute autre personne de ta famille en dehors de ça. 3°) Si ça décide finalement en toi d'aller vers Iboga, Hugues et son corps de garde sont des serviteurs fidèles et fiables du Bois Sacré, tu peux leur faire TOTALEMENT confiance.Une dernière précision : Iboga n'a pas besoin de nous, c'est nous qui avons besoin de lui. Bonne chance dans la vie ! Nyundou Na Mikanzo
Après 22 jours de traitements traditionnels au Gabon (contre alcool et tabac): salut tatayo. - encorevivant@voila.fr -

Après 22 jours de traitements traditionnels au Gabon (contre alcool et tabac): salut tatayo. je suis bien rentré à la Réunion et ai pu gérer ma première confrontation avec toute une bande d'ami Sud Africain et Réunionnais lors d'une soirée qu'ils ont arrosé jusqu'à plus soif. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si dur de ne pas boire dans ce contexte festif, et aussi ici le simple fait que des amis boivent un coup et achète une bière bien fraîche sur la route dans une station service, c'est l'épreuve assurée. Avec le temps ça va passer. Je me sens bien comme quelqu'un qui retrouve son odorat . Aller tchao.
Je vais bien ! - Aline - 2006-01-02

février 2006 Salut Hugues, Je vais bien ! J'ai rien compris à ce que j'ai vécu, mais depuis que je suis sortie de mon état d'épuisement complet et d'hébétitude, ça va ! Je me sens débarrasée d'une boule que j'avais au niveau du plexus solaire. Je respire mieux, j'ai la poitrine dégagée et la sensation d'avoir plus de liberté dans mes mouvements. Pourquoi ? Comment ? Alors là mystère et boule de gomme. Mais le fait est que maintenant je me sens bien. Aline Anonyme mais, comme tous les autres anonymes, contactable sur demande à : ibogabon@yahoo.fr (--suite plus tard) Mars 2006 Je me souviens d'avoir vécue à un moment donné une joie absolument fulgurante qui m'a traversée complètement, une joie liée au sentiment de découvrir l'invisible. J'avais la sensation de percevoir des choses ayant leur énergie propre, de voir des énergies grésillantes. C'est un peu flou tout ça. Jodorowsky apparait à ce moment là sous forme de présence, de conscience flottante, d'esprit en quelque sorte. Il est là en tant que maître en magie, en magicien de haut vol, pour me signifier (par un sourire et par un regard complice) que j'ai acquis la connaissance, le savoir qui est indispensable à une pratique de la magie, moi qui suis à ce moment là apprentie magicienne. Il me donne en quelque sorte son approbation concernant ma "pratique"... et sa reconnaissance me remplie de bonheur. Je t'embrasse ....toujours Aline.... contactable par Ebando…
je t'en remercie - anonyme -

Tatayo Ma Missoba , je profite d'un moment unique et tant espéré , celui de la musique au départ mais aussi des mots. l'enrichissement de l'être à travers sa "véritable" personne , s'ouvrent des champs et des chants le violon ma spécialité je vagabonde dans le rythme. j'affirme cette sensibilité et je la trouve mienne. grâce à toi et je t'en remercie c'à travaille, oh çà ! obacca massorrrrr~~ bien à toi (encore un anonyme !)
Pour ce qui est de mon témoignage véridique - Suzanne, 55 ans, requiert l'anonymat -

Pour ce qui est de mon témoignage véridique J'étais venue à l'initiation du Bwiti en désespoir de cause. Depuis des années, j'étais aux prises avec une sorte de pieuvre que j'avais sur le coeur qui me retirait l'envie de vivre et qu'aucune thérapie n'avait permis de déloger ou même d'apprivoiser. Pendant l'initiation, j'ai senti une forte charge intérieure partir d'un coup, et j'ai entendu alors en moi ces mots : "C'est fini". C'était il y a plusieurs mois. Tout n'est pas réglé dans ma vie, bien sûr, mais je ne me réveille plus avec ce désespoir et cette envie de mourir qui m'étaient devenus familiers depuis bien longtemps. Même si ma vie est apparemment la même qu'avant, c'est tout à fait autre chose à vivre maintenant; cela a un autre goût, un autre éclairage, un autre climat; plus de joie, de beauté, de confiance. Il me faudra sans doute encore plusieurs mois pour prendre la pleine mesure de tout ce que cette initiation a changé . A suivre…
Voici donc mon témoignange : - PharI - 2005-11-28

Voici donc mon témoignange : L'initiation à l'iboga est une expérience intérieure d'une extrême puissance. Si vous vous sentez prêt, il va vous falloir vous rendre au Gabon et vous adapter à une culture différente et aux Ngangas... Tatayo est la personne idéale pour permettre aux Occidentaux de vivre cette transition le mieux possible. Avec lui, vous pourrez avoir un échange honnête et franc. Il est l'intermédiaire entre vous et le Bwiti, et le garant que tout se passera au meilleur de vos intérêts. Vous pourrez vous reposer sur lui en confiance et c'est capital dans le cadre d'une telle aventure. Bokayé ! PharI.
En ce qui concerne mon témoignage… - anne claire007 requiert l'anonymat -

J'étais venue à l'initiation du Bwiti en désespoir de cause. Depuis des années, j'étais aux prises avec une sorte de pieuvre que j'avais sur le coeur qui me retirait l'envie de vivre et qu'aucune thérapie n'avait permis de déloger ou même d'apprivoiser. Pendant l'initiation, j'ai senti une forte charge intérieure partir d'un coup, et j'ai entendu alors en moi ces mots : "C'est fini". C'était il y a plusieurs mois. Tout n'est pas réglé dans ma vie, bien sûr, mais je ne me réveille plus avec ce désespoir et cette envie de mourir qui m'étaient devenus familiers depuis bien longtemps. Même si ma vie est apparemment la même qu'avant, c'est tout à fait autre chose à vivre maintenant; cela a un autre goût, un autre éclairage, un autre climat; plus de joie, de beauté, de confiance. Il me faudra sans doute encore plusieurs mois pour prendre la pleine mesure de tout ce que cette initiation a changé . A suivre…
De comment iboga et le Bwiti peuvent bouleverser une vie - Efrem Garcia i Salinas Mabondo ManZambia Pungu Barcelone - 2005-12-21

De comment iboga et le Bwiti peuvent bouleverser une vie et ils ont bouleversé la mienne De comment j'ai su que j'étais pygmée moi-même lors d’une première initiation au Bwiti – que j’ai cru ne pas tout à fait aboutie au départ mais dont j’ai saisi l’ampleur plus tard – chez les pygmées du petit village de Tchibanga dans la brousse gabonaise ; de l’accueil chaleureux et la bienveillance de Tatayo et le regard d’enfant du sage N’Zingu, me deux pères d’initiation (la deuxième) ; de comment cette initiation MaMisoba et sa puissance spirituelle, qui a traversé mon corps (et c’est ça, la spiritualité africaine), m’ont « autorisé » à vivre « la tête dans les étoiles mais les pieds sur la terre » ; de tous mes frères et sœurs du Bwiti et même de Dintzona, ma femme dans le Bwiti, avec qui j’ai vécu quelques uns des plus beaux moments de ma vie ; sans oublier Katy, mère d’Arthur, Noé et Claire, les adorables enfants de Tatayo, et qui exerce l’art difficile et souvent ingrat de combiner le port de sa famille et l’ouverture de son espace vital de la Sablière aux nombreux passants ; de tout cela je ne vais pas en parler maintenant dans ce qui veut être un court témoignage sur mon initiation et hommage à Ebando. Je veux juste partager une expérience qui m’est l’une de plus précieuses parmi toutes celles que j’ai vécu dans le Bois Sacré, et très significative. Cela remonte au mois d’octobre de 2005, lorsque je suis retourné au Gabon après mon premier voyage l’été précédente – l’été de mon initiation – pour offrir un récital de piano pour recueillir des fonds pour Ebando (1). J’étais allongé sur un hamac du corps de garde de la Sablière, j’avais pris du Bois, devenu désormais médicament et nourriture spirituelle à vie. J’écoutais le bruit de la mer d’Afrique, sans la voir, et tout mon être résonnait à l’immensité océanique et se fondait en elle dans la même infinitude, qui était d’une couleur bleue très pâle, presque comme de la lumière blanche. Quelques jours plus tard, de retour à Paris, je travaillais les premières mesures du dernier Concerto pour piano et orchestre de Mozart, musique que je sens comme appartenant déjà un peu à l’au-delà. J’essayais de trouver l’atmosphère qui convenait le mieux à ce début dans sa quiétude mobile, et ce moment envahi de « sentiment océanique » (expression qui m’a donné plus tard Manuel, mon père biologique) vécu à la Sablière, où j’avais entendu l’horizon, me donnât la clef pour mon interprétation. Fut alors que l’immensité océanique et la musique de Mozart se retrouveraient au même endroit de ma pensée. Fut alors que je vécus la certitude que la musique –la musique qui est son et qui est lumière – de Mozart est la musique de l’Univers. Efrem Garcia i Salinas Mabondo ManZambia Pungu Barcelone, 21 décembre 2005
"Le retour à la VIE" de Jean-Michel - jean-michel lecomte -

"Le retour à la VIE" de Jean-Michel : "Le coup de baguette magique n'existe pas", me disait-on. L'initiation au Bwiti me prouva le contraire ! J'étais depuis des anées dans une quête spirituelle pour soulager mes souffrances morales et physiques dont je n'identifiais pas l'origine. Je ne voyais plus que le suicide comme solution à mes souffrances. Ma première expérience avec IBOGA fut lors d'une "cure" en France; elle m'a permis de me mettre en contact avec une réalité - invisible dans un état de conscience "normal" - absolument merveilleuse et d'une beauté insoupçonnable. Pour autant, je n'étais pas libéré, mais je savais que c'était la route à suivre. Un an après la cure, je me retrouve au Gabon, en brousse, chez les Pygmées, pour me faire initier. Là encore, le travail n'a pas abouti. Les initiateurs doivent être bien choisis car tous ne connaissent pas le fonctionnement des Occidentaux, très mentalisés, avec de très grosses difficultés à lâcher prise. La dose d'IBOGA administrée était très nettement insuffisante, et les difficultés de communication n'arrangeaient rien. Ne perdant pas courage, je prends contact avec Tatayo dont j'avais pris les coordonnées dans le livre de Mation Laval-Jeantet : "Paroles d'un enfant du Bwiti". Là, je découvre un homme de coeur, généreux, qui refuse les jeux de pouvoir dans lesquels beaucoup d'initiatieurs sont tombés. Il a pris le parti de ne prendre que le positif, écartant la plupart des histoires d'interdits, de diables, qui ne sont que des jeux de pouvoir destinés à tenir les gens. Partant de mon expérience, si j'avais quelques conseils à donner pour une initiation réussie, je dirais que l'IBOGA donne tout ce qu'on lui demande, encore faut-il être clair sur ce que l'on vient chercher. - Avoir un objectif précis, ne pas se laisser dévoyer par les multiples propositions que l'IBOGA peut faire. Pour accéder à la lumière, il faut accepter de regarder le noir et d'y rester plongé, car c'est au bout de ce noir que j'ai moi-même été libéré de toutes mes chaînes. - Ne pas se faire une idée à l'avance de ce que l'on "doit" voir, entendre, vivre pendant l'initiation. - La musique qui accompagne le "voyageur" est très importante; il faut se laisser porter par elle, car c'est elle qui nous emmène; l'IBOGA permet le lâcher-prise à condition que le mental l'accepte. - Il y a trois façons de vivre l'expérience : 1ère : à la 3ème personne : la personne vit l'expérience en spectateur mais ne s'implique pas. 2ème : à la 1ère personne : la personne est actrice de l'expérience, mais peut, peut-être, manquer de discernement. 3ème : à la 2ème personne : on est à la fois acteur et spectateur, on peut "maîtriser", choisir le travail que l'on est en train de faire en toute conscience. Les premières expériences avec l'IBOGA n'étaient que dans la lumière, et pourtant le travail n'aboutissait pas. C'est alors que j'ai compris qu'il fallait d'abord libérer mon corps; c'est ainsi que je suis rentré dans le noir, mais en conscience, et à chaque fois que l'IBOGA me proposait une échappatoire vers la lumière, je le refusais car je savais qu'il fallait aller au bout des ténèbres pour me libérer. L'initiation au Bwiti n'est pas du tourisme fantasmagorique, mais un travail de conscience nécessitant une certaine dose de courage, de détermination et d'humilité.

 

creation graphique :
Francis Banguet
 


ibogabon