L'histoire de TataYo

Il y a 51 ans que je suis venu pour 15 jours rendre visite à ma mère AU GABON par charter DC6 Gabonair.

Et par choix et gaieté de coeur, j’y suis resté.

Ma chère maman Madame Villas y est enterrée depuis 2013 ainsi que notre fils Noé, aimé de tous et décédé à 24 ans.

La dernière fois que j en suis parti, c’était au siècle dernier et ce pour un mois, en 1999 pour y accompagner 2 grands artistes traditionnels du Pays Profond dont Yvon Minanga Kassa dans 2 festivals français.

Ce cher Gabon qui a vu la naissance de nos 3 enfants est une terre sacrée et magique et ses habitants y sont toujours hospitaliers et accueillants dans toutes ses provinces.

Bref un pays chaleureux où j’ai dorénavant passé les 2/3 de ma vie .

Ma vie professionnelle de transporteur routier m’a poussée dès 1976 à rencontrer les cultures locales si décriées, voire diabolisées par les influentes religions importées.

Trois evènements majeurs et pour certains mystico-confidentiels, sont arrivés :

Panne de nuit en 1976 dans un village de l’Estuaire et rencontre de personnes remarquables telles que Papa André, son frère Evariste et leurs proches, qui m’ont conduits à être initié après 3 ans de fréquentations de ce milieu si décrié par les ragots … en 1979 !

Initiation fondamentale qui m’a aussitôt poussé à fonder une première « association pour la promotion agricole et culturelle du village Gabonais » en 1980 avec les regrettés feu Daniel Odimbossoukou et Feue Catherine Oneto.

Puis créations de cooperatives rurales avec Feu Jean Robert Rengouwa, concept très délicat qui a difficilement vu le jour malgré l’implication totale des sus nommés.

En 1993 et 94, les initiations de Katy Euillet, mère de nos enfants communs, et de moi même, dans d’autres rites traditionnels du Moyen Ogoué chez Mr Jean Tsanga devenu plus tard Motamba (Racine de Terre), nous ont faits découvrir d’autres cultures toutes aussi enrichissantes pour nos esprits d’ex- occidentaux, amoureux d’une Afrique humainement et naturellement si riche et si diverse.

EN 1996, l’ « association des Amis du Cirque de l’Equateur », nouvellement créée à permis à 22 artistes Gabonais d’avoir un contrat de 2 ans renouvelables dans le plus grand cirque du monde, aux USA : BARNUM & Ringling Circus.

Tout cela nous à conduit après 2 autres evènements fondamentaux et fondateurs, à créer en 1999 l’«association culturelle EBANDO (nature + culture = futur)» qui n’a de cesse depuis lors que d’aider les personnes en difficultés à se réinsérer par les voies traditionnelles des différents savoir-faire du GABON.

Ce qui nous a amené entre temps, à être l’association « cheville ouvrière »pour la partie gabonaise du Festival de Musique à cordes qui dura 10 jours en 2004 au Centre Culturel Français devenu plus tard l’Institut français.

Un très grand succès dû en grande partie à l’animatrice Irène Labeyrie et au chef d’orchestre Toups Bebey.

Cette année 2022 nous voit devenir association présidée par une femme entreprenante : Audrey Céline Mengue et nous sommes porteurs et réalisateurs du projet PISCCA de documentaire de 26 ‘ sur les violences faites aux femmes (MIVOVA Y'ATO : paroles de femmes) financé en partie par l'ambassade de France au Gabon. 

Et voilà pourquoi ce courrier: un appel à fonds complémentaires vu l'importance et la portée du sujet.

Nous aimerions donc ajouter des fonds pour donner plus de possibilités aux courageuses victimes qui témoignent et les aider à auto-entreprendre selon leurs propres talents et volonté

A votre disposition pour toutes informations complémentaires,

Tel : +241 77819555
Email : email me

Soyez notre partenaire dans cette aventure.
Merci.

Le secrétaire exécutif et co-fondateur de l'Association Ebando:

Hugues OBIANG POITEVIN dit TataYo

Pour nous appuyer: